L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Une nouvelle gauche

Publié le dimanche 30 novembre 2014

Le gouvernement national et tout l’arc de l’opposition traditionnelle occupent la droite politique. Loin de son  double discours pseudo-progressiste, le « Kirchenerisme » légifère en faveur  des grands trusts. L’opposition qui n’arrive pas à offrir une seule solution de rechange  propose la recette  bien connue : plus de dettes avec le capital financier, plus d’avantages pour le pillage et la dépréciation, la dévaluation et la pression fiscale. Face à cette situation, le « MST (Mouvement Socialiste des Travailleurs) – Nouvelle Gauche » fait connaître son programme  incarné dans sa candidature pour l’élection présidentielle de 2015.

Le défi, du point de vue des intérêts de la grande majorité du peuple est de construire une proposition de changement  de fond qui soit une voix indépendante dans la campagne électorale de 2015. Face à la droite gouvernementale et à celle d’opposition, face à tant d’accord stratégique sur quel  type de pays, l’objectif  de la gauche est de donner force à un nouveau projet qui s’ancre dans la lutte contre les privilèges de la politique capitaliste ; qui propose une véritable démocratie afin que le peuple  décide de tout ; qui se dresse indépendant de tous les trusts et qui développe une nouvelle perspective éco socialiste et anti patriarcale. Pour cela il est clair qu’il faut une gauche audacieuse, à vocation majoritaire, dans un grand rassemblement politique intégrant les différentes variantes de gauche, pour conquérir  le pouvoir en Argentine.

Quelles réponses pour 2015 ?         

Alejandro Bodart, pré-candidat à la présidence et Vilma Ripoll à la vice-présidence sont les porte-paroles  d’une proposition antagonique à toutes les combinaisons capitalistes, à gauche ils présentent une alternative qui se matérialise dans les axes qui ordonnent leur projet :

En finir avec les privilèges de la politique traditionnelle.  Les fonctionnaires politiques qui décident du bien public – qui est de tous – doivent vivre comme tous. Pour cela, nous proposons qu’ils gagnent comme une directrice d’école et que par la loi ils doivent utiliser les hôpitaux publics et leurs enfants  l’école publique.

Pour une véritable démocratie pour que les gens décident de tout.   Le système politique actuel est fait pour que les capitalistes « soient à l’abri » de toute ingérence sociale, pour garantir leur impunité et puissent faire des affaires entre les trusts et les différentes factions  gouvernementales.  La nouvelle gauche se distingue en mettant en avant la révocabilité de toutes les charges électives et  politiques : Juges et commissaires seront élus par vote populaire.  Pour un autre modèle syndical dans lequel tout dirigeant ouvrier retourne à son lieu de travail après deux mandats, qu’il gagne ce que gagne un travailleur, qu’il paye sa cotisation dans l’usine ou l’entreprise et que tout soit décidé par la base.  De la même façon que s’institutionnalisent des mécanismes de consultation populaire pour les grandes décisions stratégiques concernant le pays.

Indépendance par rapport à tous les trusts capitalistes. A l’actuelle étape de l’accumulation, le capitalisme domine tous les ressorts de la vie économique de notre pays à travers de méga-trusts qui s’enrichissent, pillent, mettent à sac et polluent, dans une logique néocoloniale, notre patrimoine. Tous les partis traditionnels, et tout le régime politique, gèrent ces intérêts à partir du gouvernement, et s’enrichissent comme « gérants »  de ces mêmes intérêts. C’est pourquoi il est fondamental de bâtir un projet de gauche indépendant de ces intérêts, pour qu’elle puisse agir en toute liberté et engager à fond la bataille pour l’émancipation de notre pays de ce « détournement» transnational qui asphyxie le développement et le progrès pour la majorité de la population.

Pillage, mise à sac et pollution, ce n’est pas le progrès. La dynamique du capitalisme en décadence transforme en marchandise tout ce qui est vivant, met à sac et pollue tout. Il est nécessaire  et possible de mettre en place un modèle économique qui gère de manière rationnelle et démocratique les rapports avec la nature. Une Argentine sans méga-mine,   sans gaz de schiste, sans surexploitation agricole et bétonnage urbain, est possible.

L’agenda anti patriarcal est prioritaire. Un nouveau projet de gauche doit organiser   comme politique publique le combat contre toutes les violences du capitalisme patriarcal faites aux femmes : la prostitution, la pénalisation de l’avortement... Dépénaliser immédiatement l’avortement  et séparer l’église de l’Etat sont des taches indispensables du projet de gauche, ainsi que la mise en place de réelles garanties pour le droit à la diversité sexuelle.

Une gauche qui aspire au pouvoir. Malgré le refus obstiné et conservateur du FIT et le silence des autres formations de gauche  face à notre proposition d’unité politique, tout en continuant de construire le MST-Nouvelle gauche, nous proposons à toutes ces organisations : d’être une réelle alternative de gouvernement  si nous nous rassemblons sur la base d’un accord qui combine l’unité programmatique et la diversité démocratique d’identités et de nuances.      

AVEC LES CANDIDATURES BODART-RIPOLL, dans toutes les provinces du nord au sud, dans toute l’agglomération de Buenos Aires et dans chaque quartier  de chaque commune de l’agglomération, nous engrangeons  les forces militantes pour une nouvelle gauche en Argentine en 2015.



Mariano Rosa (Alternativa Socialista, 26 novembre 2014)
Traduction    Paul DUMAS


Voir aussi dans la catégorie Argentine
Alternativa Socialista 692Alternativa Socialista 692

Alternativa Socialista n° 692 en PDF

Le mouvement vers la grève généraleLe mouvement vers la grève générale

Les statistiques indiquent une amorce de reprise économique en Argentine mais, dans la rue, la tension sociale s'accentue en raison d’une inflation à 40 % : Des dizaines de milliers d'Argentins...

Le carnaval est terminéLe carnaval est terminé

Macri et Fillon sont bien de la même trempe. Fillon avait dit « si j'étais mis en examen (…) je ne pourrais pas être candidat ». Nous savons ce qu’il en est. Macri avait affirmé :...

Toute la dette est illégitimeToute la dette est illégitime

Dès son arrivée, Macri a accordé des allégements de taxes à l’exportation,  a décidé la dévaluation du peso, la réduction des effectifs dans le secteur public, l’arrêt du contrôle des...

Vers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrièreVers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrière

Ceux qui ont essayé d’enterrer les enseignements de la rébellion populaire de 2001 n'ont pas complètement réussi à normaliser l'Argentine. Ils n'ont pas pu éliminer les séquelles de...

La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !

L ’appareil de la CGT, béni par l’Église, a trahi les travailleurs et le peuple pour 2 pesos. Il ne faut pas laisser de trêve à Macri. Soutenons les luttes, exigeons la grève générale et...



HAUT