L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Motion remise aux ambassades respectives de France et d’Espagne à Buenos Aires, Argentine

Publié le mardi 17 février 2015

Les soussignés, députés, élus, dirigeants syndicaux et politiques  de la capitale argentine de Buenos aires,

Considérant, la nouvelle situation politique en Pays Basque engagée depuis de nombreux mois par la gauche indépendantiste, appuyée massivement par l’ensemble des forces démocratiques, en faveur de la résolution politique du conflit,

Considérant ce contexte de volontés multiples et d’initiatives en faveur d’un processus de paix auquel toute la société basque aspire,

Considérant la vague de fond qui s’exprime en Europe ainsi que dans le monde entier, dont notre pays l’Argentine en défense de la liberté d’expression, de la démocratie et des droits élémentaires de la personne humaine,

élèvent en conséquence une vive protestation face aux poursuites engagées à l’encontre des militants politiques basques Aurore Martin, Haizpea Abrisketa et  33 autres militants indépendantistes dans le  procès inique de Madrid. Leur relaxe s’impose à l’évidence.
Pour nous, cela constitue à n’en pas douter une atteinte à des droits démocratiques élémentaires que sont les droits d’opinion, d’expression et de réunion.
Nous insistons auprès des ambassadeurs de France et d’Espagne : il est évident que le conflit en Pays Basque, que nous suivons attentivement depuis toujours, compte-tenu des relations historiques et de filiation que nombre de nos compatriotes entretiennent avec le Pays Basque, leur terre d’origine, ce conflit doit enfin trouver une solution politique, pacifique et durable.
Nous considérons que certaines mesures immédiates sont nécessaires pour l’apaisement et la mise en place des conditions de la solution pour la paix, enfin.
Il  nous semble prioritaire et urgent de mettre un terme à toutes les mesures d’exception - dont les mandats d’arrêt européens - qui sont appliquées aux prisonnières, aux prisonniers  et exilés politiques basques. Nous revendiquons le respect de leurs droits élémentaires, ainsi que la libération ou le retour immédiats pour celles et ceux gravement malades. Nous dénonçons la cruelle situation faite aux les familles des prisonniers et exilés, séparées d’eux géographiquement, qui en souffrent profondément et en subissent  les graves conséquences.

Nous demandons également :

Pour les prisonnières  et prisonniers :

- La fin de la dispersion, leur regroupement et leur rapprochement,
- Le droit  aux libérations conditionnelles pour tous ceux qui en remplissent les conditions.

Pour les exilées et exilés :

- L’arrêt de l’application des Mandats d’Arrêt Européen à leur encontre
- Le retour de tous les exilés qui ont été expulsés par la France au début des années 80 ou vers un pays tiers (Cuba, Cap Vert, Venezuela, etc…)

Alejandro Bodart, député de Buenos Aires

Vilma Ripol , Députée  de Buenos Aires

Héctor Bidonde, député de Buenos aires

Rubén Tzanoff, conseiller municipal, Comuna 9, Buenos Aires

Maru Lópes, conseillère municipale, Comuna 10 Buenos Aires

Guillermo Pacagnini, direction nationale  de la Centrale des Travailleurs Argentins- MST

Gustavo Giménez, dirigeant  du Mouvement Socialiste des Travailleurs- Teresa Vive

Sergio García, direction de la  Centrale des Travailleurs Argentins ( CTA) capital de Buenos aires  - MST

Martín Torres, dirigeant de la CTA, capitale de Buenos aires

ainsi que les dirigeants syndicaux nationaux suivants

Edgardo Castro, délégué general ATE,

Luisa Ayala, deleguée  generale ATE, hôpitaux,

Eduardo Busnter, délégué  general ATE, ENRE

Luis Carrizo, délégué  general Hôpital Ferrer, Buenos aires

Fabian Patachiutta, delegué  général, Hôpital de Quemados

Gabriela Ceballos, dirigeant syndical de Ademys

Alfredo Luque, dirigeant syndical  de EMFER

Carlos López, dirigeant syndical national , CTA

Cesar Latorre, délégué général, Hôpital italien, Buenos Aires

Buenos aires, le 14 février 2015-02-17

 Nous envoyons le double de cette motion à Sortu, Pays Basque dans l’Etat espagnol
Et à Sortu, Iparralde, par l’intermédiaire de notre camarade Pedro Carrasquedo de La Commune
Direction internationale du Mouvement socialiste des travailleurs, (MST) d’Argentine


Voir aussi dans la catégorie Argentine
Alternativa Socialista 692Alternativa Socialista 692

Alternativa Socialista n° 692 en PDF

Le mouvement vers la grève généraleLe mouvement vers la grève générale

Les statistiques indiquent une amorce de reprise économique en Argentine mais, dans la rue, la tension sociale s'accentue en raison d’une inflation à 40 % : Des dizaines de milliers d'Argentins...

Le carnaval est terminéLe carnaval est terminé

Macri et Fillon sont bien de la même trempe. Fillon avait dit « si j'étais mis en examen (…) je ne pourrais pas être candidat ». Nous savons ce qu’il en est. Macri avait affirmé :...

Toute la dette est illégitimeToute la dette est illégitime

Dès son arrivée, Macri a accordé des allégements de taxes à l’exportation,  a décidé la dévaluation du peso, la réduction des effectifs dans le secteur public, l’arrêt du contrôle des...

Vers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrièreVers un nouveau front socialiste pour l’indépendance ouvrière

Ceux qui ont essayé d’enterrer les enseignements de la rébellion populaire de 2001 n'ont pas complètement réussi à normaliser l'Argentine. Ils n'ont pas pu éliminer les séquelles de...

La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !La direction de la CGT concède une trêve à Macri ? Sans nous !

L ’appareil de la CGT, béni par l’Église, a trahi les travailleurs et le peuple pour 2 pesos. Il ne faut pas laisser de trêve à Macri. Soutenons les luttes, exigeons la grève générale et...



HAUT