L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Victime, aussi, de l'impérialisme

Publié le lundi 22 février 2010
HaîtiLe tremblement de terre du 12 janvier en Haïti a provoqué une véritable catastrophe
affectant plus du tiers de sa population de 9 millions d'habitants, faisant
200 000 morts et des dizaines de milliers d'infirmes, des milliers d'orphelins. Les
rescapés vivent sans eau, ni nourriture, ni médecins, ni infirmières, sous des abris
de carton et de toile. Mais la vérité, c'est aussi que la population d'Haïti n'est pas seulement victime d'une catastrophe naturelle.
80% des Haïtiens vivent en dessous
du seuil de pauvreté, soit
moins de 70 centimes d'euros par
jour. 75% des maisons n'ont pas de
sanitaires, 60% de la population n'a pas
d'eau potable, il n'y a pas de collecte
des ordures, 80% de la population n'a
pas de travail et le salaire mensuel n'atteint
pas les 36 euros ; 47% des habitants
âgés de plus de quinze ans sont
analphabètes. l'espérance de vie est
de 49 ans.



Exploitation capitaliste




Ruinés par une politique agricole qui a
fait la part belle aux importations des
produits de première nécessité, les
petits paysans ont fui la campagne pour
s'installer à Port-au-Prince qui, de 750
000 habitants, en 1980 en compte
aujourd'hui 2 500 000, vivant dans les
bidonvilles qui enserrent la capitale et
où les gens mangent de la terre et boivent
une eau polluée. La dette extérieure
est passée de 40 millions de dollars
en 1970 à 1,6 milliard aujourd'hui. Les
20% de la population qui ont du travail
produisent pour les multinationales,
comme Levi Strauss ou Adidas pour
des salaires de misère. Tel est le résultat
de deux cents ans d'exploitation
impérialiste.



Victoire des jacobins noirs




Haïti a été le premier pays d'Amérique
latine à conquérir son indépendance en
1804. Pour y parvenir, les esclaves
noirs dirigés par Toussaint Louverture "
durent mettre en déroute les blancs
locaux et les soldats de la monarchie
française, une invasion espagnole, une
expédition britannique de près de
soixante mille hommes, et un contingent
français identique, commandé par
le propre beau-frère de Bonaparte...

c'est la seule révolte d'esclaves dont
l'histoire ait enregistré le succès "Les Jacobins Noirs - C.L.R. James -
préfaces de Pierre Naville - Ed. Caribéennes (1984)


Haïti fut contrainte par la force à payer à
la France une énorme indemnisation
pour s'être libérée des esclavagistes.



Invasions, dictature et coups d'état




Haïti a subi un blocus pendant des
années pour être ensuite occupée de
1915 à 1934 par l'impérialisme américain
qui a soutenu, ensuite, la dictature
sanglante de Papa Doc Duvalier de son
fils et de leurs sanguinaires tontons
macoutes, coupables de l'assassinat de
30 000 personnes de 1957 à 1986.
Cette dictature fut balayée par une révolution
qui déposa le tyran et imposa le
gouvernement de Jean Bertrand
Aristide. Les Etats Unis fomentèrent un
coup d'Etat militaire, organisé par
Georges Bush père, qui déposa le président
Haïtien en 1991. Il fut réinstallé
par une formidable mobilisation populaire
en 1994. La politique qui s'ensuivit,
c'est-à-dire l'application du programme
du FMI, a plongé le pays dans un profond
mécontentement. Face à cette
situation explosive l'impérialisme U.S
intervient à nouveau pour le chasser de
la Présidence et imposer le gouvernement
actuel de René Préval. Pour soutenir
ce dernier, une force d'occupation
sous le drapeau de l'ONU a envahi le
pays en 2004. Cette force d'occupation,
la Minustah, composée de soldats de
pays d'Amérique latine, sous le commandement
d'un général brésilien, est
là pour défendre les intérêts de multinationales
et réprimer tout soulèvement
populaire ; elle est impliquée dans des
viols, des assassinats restés impunis.



12 000 "humanistes"




La première mesure prise par l'impérialisme
américain, après la catastrophe,
a été d'envoyer vers Port-au-
Prince 12 000 Marines et six bateaux
de guerre armés de missiles. Barack
Obama entouré de Georges Bush (fils)
et de Bill Clinton, a annoncé, en grandes
pompes, une aide de 100 millions
de dollars, pour financer de fait son
expédition militaire destinée à intimider
le peuple Haïtien pour que celui-ci ne se
rebelle pas. Comparés aux 65 milliards
de dollars dépensés annuellement pour
l'armement par l'impérialisme le plus
puissant de la planète, ces 100 millions
de dollars sont une aumône dans l'océan
de misère où est plongé le peuple
haïtien.

La seule solidarité que peut attendre le
peuple haïtien c'est la solidarité des
peuples opprimés d'Amérique latine et
du monde entier, la solidarité de la classe
ouvrière internationale dans le combat
pour l'annulation de la dette extérieure,
le retrait de la Minustah et de
toutes les troupes étrangères.



Elie Cofinhal,

1er février 2010

Voir aussi dans la catégorie International
Ni quotas, ni barbelés : accueil de tous les réfugiésNi quotas, ni barbelés : accueil de tous les réfugiés

Des réfugiés par milliers fuient les théâtres de guerre, de misère et de faim. Les fauteurs de ces guerres se retrouvent pris à leur propre piège. Ils ont laissé ces malheureux mourir en...

Mourir pour Lampedusa

La migration organisée ou non laisse au travers de l'histoire une trace indélébile d'exploitation, de privation, de misère et de mort. L’État français, mais aussi toutes les puissances...

Gerardo UCEDACrise économique mondiale : Quelques réflexions sur une crise qui n’en finit pas…

Si nous devions définir les caractéristiques principales de la crise économique mondiale ouverte en 2007-2008, nous devrions faire une référence obligée à l’augmentation du capital...

Ebola : le virus de l’impérialisme

Il y a probablement des milliers de siècles que le virus Ebola était tapi dans la forêt équatoriale comme hôte d'une des 300 000 variétés de chauve-souris; il y a 28 ans qu'il s'est attaqué...

Première défaite pour Obama

Après deux ans de présidence Obama, le résultat des élections du 2 novembre, qui ont renouvelé partiellement la Chambre des représentants et le Sénat, signifie une déroute pour le Président...

Une révolution en marche

Chacun se rappelle l'étincelle qui, il y a un an ces jours-ci, a mis en route le processus révolutionnaire qui a chassé Ben Ali : l'immolationde Mohamed Bouazizi, petit marchand ambulant privé du...



HAUT