L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Qui a démantelé l’Union soviétique ?

Publié le jeudi 07 septembre 2017

En décembre 1991, l’URSS a été démantelée par la bureaucratie elle-même, non sans sérieux déchirements internes, donnant ainsi prise à la restauration du capitalisme, dans des conditions chaotiques. Cette restauration du capitalisme présente aujourd’hui encore un caractère inachevé. Cette orientation vers le capitalisme avait été en grande partie initiée par Gorbatchev qui avait remis en question le caractère planifié de l’économie, opposant au Plan, les critères de l’économie de marché. Ici gît le stalinisme.

Qui a démantelé l’Union soviétique ?Staline et Churchill

La triste fin de l’URSS était prévisible. En 1938, les trotskystes écrivaient déjà :

« Le pronostic politique a un caractère alternatif : ou la bureaucratie, devenant de plus en plus l'organe de la bourgeoisie mondiale dans l'État ouvrier, renversera les nouvelles formes de propriété et rejettera le pays dans le capitalisme ; ou la classe ouvrière écrasera la bureaucratie et ouvrira une issue vers le socialisme ». 1

Kremlin – Maison Blanche ou la coopération conflictuelle

Organe de la bourgeoisie mondiale dans l’État ouvrier, la bureaucratie ? À première vue, cela ne sautait pas aux yeux. À présent, cela se voit comme le nez au milieu de la figure. Pourtant, après-guerre, il y eut la dite « guerre froide ». L’impérialisme US devenu pleinement hégémonique était tenté de mettre en pièce les conquêtes sociales de la révolution d’octobre 1917, la propriété étatisée des moyens de production, le monopole du commerce extérieur et l’ordonnancement de l’économie selon un plan d’ensemble. Mais, en même temps, il avait besoin de l’appareil international du stalinisme pour contenir la lutte des classes dans tous les pays et dévoyer tout processus révolutionnaire.

Churchill reconnaissait les siens

Churchill ne s’y trompait pas : « Dans les moments difficiles, Staline n'avait pas d'égal pour trouver une issue aux situations sans issue. Il était une personne extraordinaire qui nous impressionnait beaucoup… Il possédait un sens aigu d'humour et de sarcasme et la capacité de savoir exactement nos pensées… Il possédait une profonde sagesse, réfléchie et logique, privée de toute panique. La force de Staline était tellement grande qu'il s'est imposé comme le plus grand homme D’État de tous les temps et de tous les peuples. Il a hérité d'une Russie à la charrue et l'a laissée avec l'arme atomique. L'histoire n'oublie pas de telles personnes... » 2

Par contre, dans son livre Les grands contemporains, Churchill a distillé une haine brute contre Trotsky auquel il préférait de loin Hitler. David North, dans son ouvrage Défense de Trotsky, rappelle : « En 1937, Winston Churchill a publié un livre intitulé les grands contemporains. Un chapitre était consacré à Hitler, sur lequel Winston Churchill écrivait avec une admiration non dissimulée. Mais un autre chapitre où Churchill perdait toute mesure, était consacré à Trotsky : « Comme le bacille du cancer, écrivait-il , il a grandi, il a mangé, il a torturé, il a massacré dans l’accomplissement de sa nature » 3 . Les communistes grecs qui, après avoir combattu les nazis, eurent à combattre les troupes britanniques ont appris, dans leur chair, ce que vaut l’humanisme au cigare trempé dans le Bourbon et le sang de Churchill. Staline laissa Churchill les écraser. Cela mérite bien des « hommages »…

Bureaucratie, raison sociale

Quant à la raison sociale de la bureaucratie-nomenklatura, le point de vue de Léonide Pliouchtch mérite d’être cité.

« Je considère que les ronds-de-cuir qui dirigent l’URSS ne se sont pas encore transformés en classe sociale pleinement constituée. (…)Une classe se définit par les rapports qu’elle entretient avec le processus de production et le mode de répartition des produits fabriqués. Dans le processus de production, l’oligarchie soviétique ne remplit que des fonctions de direction et de surveillance du travail. Comme le reste du peuple, elle est formée de salariés (…). Les avantages dont ils [les bureaucrates] jouissent en supplément de leur salaire sont absolument illégaux. Ils VOLENT une partie du revenu populaire. Mais ce vol n’a reçu aucune régularisation juridique, il ne les constitue pas plus en classe économique particulière que les voleurs ordinaires. Ils détiennent le pouvoir mais ne sont que d’éphémères califes. (…)L’idée de l’État incarnée dans la machine étatique dévorait indifféremment tout un chacun, les bureaucrates aussi bien que les autres » 4 .

Une chose est sûre : sans le secours du stalinisme, le capitalisme pourrissant, semant la faim, la misère, les pandémies, les pires trafics et la barbarie, aurait été renversé par les travailleurs et les peuples du monde entier.


Daniel Petri,
07 septembre 2017




1. https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/trans/tran17.html

2. Winston Churchill 21 décembre 1959 -Chambre des Communes - cité dans : http://www.reveilcommuniste.fr/2016/03/staline-et-le-jugement-de-la-posterite-qui-a-ecrit-le-21-decembre-1959-a.html

3. David North est un militant américain, partie prenante du siteWorld Socialist Web Site et membre du parti de l’égalité socialiste des USA https://books.google.fr/books

4. L. Pliouchtch. Dans le carnaval de l’histoire. Seuil .1976. Page 190 – Léonide Pliouchtch, communiste ukrainien et mathématicien, entra en dissidence avec le régime à la fin des années 60, ce qui lui valut « la psychiatrie punitive » à laquelle il fut arraché par une campagne internationale initiée par l’OCI, avant d’être exilé- Décédé en 2016


Voir aussi dans la catégorie Histoire
Qui a démantelé l’Union soviétique ?Qui a démantelé l’Union soviétique ?

En décembre 1991, l’URSS a été démantelée par la bureaucratie elle-même, non sans sérieux déchirements internes, donnant ainsi prise à la restauration du capitalisme, dans des conditions...

Septembre 1917 : La marche vers le pouvoir des sovietsSeptembre 1917 : La marche vers le pouvoir des soviets

Après les journées de mobilisation révolutionnaire des masses et de répression de juin-juillet, militaires haut gradés et Cosaques vont tenter d'écraser le mouvement révolutionnaire par une...

Guerre et paixGuerre et paix

Cet article est l’avant dernier de ce cycle d’exposés. Ils n’ont d’autres prétentions que de livrer un premier aperçu du « phénomène stalinien ». Inquisition, crimes de masse,...

Les mutineries de 1917Les mutineries de 1917

En 1917, cela fait trois ans que la plupart des soldats sont engagés dans la pire boucherie que le monde ait connue jusqu'alors. L’épuisement, l’absence d’horizon (aucune paix ni trêve en...

Staline = tout sauf des révolutions !Staline = tout sauf des révolutions !

Nos exposés sur le stalinisme, nous l’avions dit, ne consistent pas en une histoire du stalinisme et de l’URSS et, nous l’espérons, aideront nos lecteurs qui en ont envie ou besoin, à...

Les thèses d’AvrilLes thèses d’Avril

Nous avions relaté dans le numéro précédent qu'en février les masses s'étaient vu confisquer le pouvoir par les bourgeois libéraux et les mencheviks (sociaux-démocrates). Le 4 avril 1917,...



HAUT