L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


La Charte d'Amiens

Publié le vendredi 08 septembre 2006
La Charte d'Amiens | Histoire : 1906-2006, il y a cent ans ...Du 8 au 24 octobre 1906 se tenait à Amiens, dans la Somme, le 9e Congrès de la jeune CGT. Ce congrès adopta à une écrasante majorité de 834 mandats contre 8 une motion qui restera dans l'histoire comme la " Charte d'Amiens ". Les sociaux-démocrates et les staliniens n'ont eu de cesse, depuis, de tenter de dénaturer ce texte, de le déclarer obsolète. Il demeure pourtant encore à ce jour le texte de référence affirmant l'indépendance du syndicat face aux partis politiques, quels qu'ils soient.La " Charte d'Amiens " fut adoptée sur proposition du syndicaliste révolutionnaire Victor Griffuelhes. Le débat avait fait rage dès le début du Congrès entre, d'une part, les partisans du rapprochement de la CGT avec la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière, le parti socialiste de l'époque), incarnés en la personne de Renard, de la mouvance socialiste guesdiste et, d'autre part, les militants opposés à l'inféodation du syndicat à un quelconque parti politique, fût-il ouvrier. D'ailleurs, un des principaux alliés de Griffuelhes, Niel, était lui-même membre de la SFIO. Écoutons-le expliquer l'enjeu de la bataille :

" On peut dire que le syndicalisme est une forme d'action employée par des malades contre le mal - plus exactement par les ouvriers contre les patrons. Le mal, c'est les patrons, c'est-à-dire le patronat, le capitalisme et tout ce qui en découle. Les malades, ce sont les ouvriers. Or, comme on est ouvrier avant d'être citoyen, on trouve chez le salarié l'individu économique avant l'individu politique. Ce qui fait que si sur le terrain politique tous les citoyens politiques ne se ressemblent pas encore, sur le terrain économique tous les ouvriers se ressemblent déjà. Et cela explique que si l'union de tous les citoyens est encore très difficile, l'association de tous les ouvriers est très possible. [...]

" Le mal dont souffrent tous ces malades, c'est l'injustice sociale qui découle de l'exploitation de l'homme par l'homme, base du Régime capitaliste. Ce mal frappe tous les ouvriers d'une façon égale.

" Quand un patron veut diminuer les salaires à ses ouvriers, il ne les diminue pas d'un sou à ses ouvriers réactionnaires, de deux sous aux républicains, de trois sous aux socialistes, de quatre sous aux anarchistes, de cinq sous aux croyants, de six sous aux athées, etc. Il les diminue d'une façon égale à tous ses ouvriers, quelles que soient leurs opinions politiques ou religieuses, et c'est cette égalité dans le mal qui les atteint, qui leur fait un devoir de se solidariser sur un terrain où les différences politiques ou religieuses ne les empêcheront pas de se rencontrer.

Idépendance réciproque

" Ce terrain, c'est tout simplement le syndicalisme, puisque aussi bien le syndicalisme a pour objet de s'occuper de la question des salaires. Une fois réunis sur ce terrain de neutralité absolue, les ouvriers lutteront ensemble pour résister à une baisse des salaires ou pour en obtenir une hausse ; pour résister à toute augmentation de la journée de travail ou pour en obtenir une diminution [...] ".

En ce sens, la Charte d'Amiens est bel et bien le socle fondateur de la nécessaire indépendance du syndicat vis-à-vis de tout État, tout gouvernement, tout parti afin de sauvegarder l'unité du prolétariat dans la lutte de classes qu'il s'agit plus que jamais de défendre.

Voir aussi dans la catégorie Histoire
Qui a démantelé l’Union soviétique ?Qui a démantelé l’Union soviétique ?

En décembre 1991, l’URSS a été démantelée par la bureaucratie elle-même, non sans sérieux déchirements internes, donnant ainsi prise à la restauration du capitalisme, dans des conditions...

Septembre 1917 : La marche vers le pouvoir des sovietsSeptembre 1917 : La marche vers le pouvoir des soviets

Après les journées de mobilisation révolutionnaire des masses et de répression de juin-juillet, militaires haut gradés et Cosaques vont tenter d'écraser le mouvement révolutionnaire par une...

Guerre et paixGuerre et paix

Cet article est l’avant dernier de ce cycle d’exposés. Ils n’ont d’autres prétentions que de livrer un premier aperçu du « phénomène stalinien ». Inquisition, crimes de masse,...

Les mutineries de 1917Les mutineries de 1917

En 1917, cela fait trois ans que la plupart des soldats sont engagés dans la pire boucherie que le monde ait connue jusqu'alors. L’épuisement, l’absence d’horizon (aucune paix ni trêve en...

Staline = tout sauf des révolutions !Staline = tout sauf des révolutions !

Nos exposés sur le stalinisme, nous l’avions dit, ne consistent pas en une histoire du stalinisme et de l’URSS et, nous l’espérons, aideront nos lecteurs qui en ont envie ou besoin, à...

Les thèses d’AvrilLes thèses d’Avril

Nous avions relaté dans le numéro précédent qu'en février les masses s'étaient vu confisquer le pouvoir par les bourgeois libéraux et les mencheviks (sociaux-démocrates). Le 4 avril 1917,...



HAUT