L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Violences à Air France : Mais où sont donc les violences ?

Publié le mardi 06 octobre 2015
Violences à Air France : Mais où sont donc les violences ?

Les violences, ce sont les 2900 licenciements annoncés. Les violences, ce sont les 2900 salariés menacés d’être jetés à la rue, plongeant 2900 familles dans le dénuement et la misère. Les violences, c’est le chantage à l’emploi si les salariés n’acceptent pas le plan de restructuration-licenciements de la direction d’AIR FRANCE.

Les violences, c’est un gouvernement « de gauche », qui détient 18 % de la compagnie aérienne et qui donne son feu vert au plan de restructuration.
Les violences, ce sont les menaces contre les pilotes s’ils n’acceptent pas d’effectuer 100 heures de vols annuels supplémentaires et accusés, s’ils ne plient pas, d’être les responsables des licenciements voire de la fermeture d’AIR France.

Les violences, ce sont ces directions prétendument syndicales, la CFDT et la CGC qui se font les supplétifs même pas honteux de la direction patronale et du gouvernement.
Les violences, ce sont toutes ces manoeuvres pour opposer les pilotes et le reste du personnel au sol.

Les violences, ce sont toutes ces tentatives pour rendre les salariés responsables de la faillite et de la crise d’AIR FRANCE Non, les salariés, quel que soit leur métier au sein de l’entreprise n’ont pas la moindre responsabilité dans cette crise. Ils n’ont donc pas à en subir les conséquences !

Contre cette violence anti-ouvrière des patrons et du gouvernement :

UNITE POUR PAS UN SEUL LICENCIEMENT SEC OU DEGUISE

NON AU PLAN DE « RESTRUCTURATION »

HALTE AUX MENACES !


Voir aussi dans la catégorie France
La France insoumise et le travail précaireLa France insoumise et le travail précaire

Est-ce « trop revendiquer » que d’exiger, pour tous, un vrai travail- un vrai salaire et, par là même l’abolition du travail précaire ? Pour la FI (France insoumise), cette question ne se...

Les gardes-frontières de « La Sociale »*Les gardes-frontières de « La Sociale »*

Pour mémoire, Jacques Cotta est réalisateur de télévision et Denis Collin, professeur de philosophie. Ce sont aussi des polémistes. Ensemble, ils animent le site « La Sociale », au titre...

Un social-démocrate (mal) repentiUn social-démocrate (mal) repenti

« Renégocier les traités européens ou quitter l’Europe si impossible » avance Mélenchon. Mélenchon qui est un orphelin du traité de Maastricht dont il fut, en 1992, un ardent défenseur....

La politique étrangère impérialiste de MélenchonLa politique étrangère impérialiste de Mélenchon

Notre dernier article sur Mélenchon nous a valu sur notre blog Mediapart* quelques commentaires qui se veulent véhéments à notre endroit : « idiots utiles du système », « oisifs »,...

Mélenchon, un cheval de TroieMélenchon, un cheval de Troie

Depuis le 5 mars 2016, Mélenchon est candidat. Il s’est auto-désigné, auto-tiré au sort. Puis, il a créé un mouvement, « la France insoumise ». Ni un parti, ni un cartel mais un...

Être femme travailleuse dans l'Éducation nationaleÊtre femme travailleuse dans l'Éducation nationale

L’État français et plus particulièrement l’Éducation nationale, continuent à être parmi les principaux pourvoyeurs de travail précaire. Il recourt à des contrats publics (contractuels,...



HAUT