L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


La revendication qui concentre toutes les autres, c'est : Le retrait de la réforme, maintenant !

Publié le mardi 17 juin 2014
c'est : Le retrait de la réforme | Sixième jour de grève à la SNCFVilleneuve Saint Georges : des cars de CRS stationnent non loin du " TSEE ", comprendre " technicentre du sud est européen ", comprendre Ateliers du TGV. Ces ateliers étaient en 1995 les moins mobilisés. La grève y fait rage en 2014. Selon la rumeur, des grévistes auraient tenté d'avancer le piquet de grève à l'entrée du site ferroviaire de Villeneuve. De source syndicale, un DET de l'autre technicentre, comprendre " directeur d'établissement " aurait demandé l'intervention des CRS à la suite de déprédations (sable dans les couloirs d'un bâtiment administratif, graisse sur les fenêtres d'un cadre) et le Cabinet du Préfet lui aurait fait comprendre que " ce n'est pas le moment "...



Villeneuve, toujours, au " Technicentre de Villeneuve ", côté " Prairie " où l'on entretient les voitures corail et autres trains classiques : la grève se renforce.

Villeneuve, le même technicentre, côté " Dépôt " où les AG unissent sédentaires chargés de l'entretien des locomotives et rames Transilien et roulants du Fret. l'AG commence vers 10h30. C'est le militant LO qui parle en premier : pour le retrait de la réforme et ...Sa réécriture complète ! Puis un responsable CGT qui, comme à son habitude parle des médias, du bac et pas de la réforme puis annonce, qu'afin d'éviter toute provocation policière, il n'y aura pas de manifestation à l'Assemblée nationale, en arguant que " ça se retournerait contre nous ". Mais, à la place, un rassemblement des cheminots de la région parisienne, devant l'établissement SNCF de l'Ourcq à Noisy le sec. Et que, pour cette raison, il faudra avancer d'une heure l'AG, demain, avec le risque qu'il y ait moins de monde.

Depuis le début, les interventions les plus appréciées sont celles qui mettent en avant le mot d'ordre de retrait pur et simple, total et définitif et dénoncent pour ce qu'elle est la future CCN comprendre Convention collective nationale. Ce dont attestent les applaudissements.



La grève est reconduite, sans hésitation, par une AG de 70 personnes. Les non-grévistes présents ne prennent pas part au vote.



Deux militants CFDT-FGAAC se voient interdire de diffuser leurs tracts pro-réforme. Ils obtempèrent, sans résistance.



Au sixième jour, CGT et SUD rencontrent la Direction SNCF pour parler de tout ( salaires, conditions de travail) sauf de la réforme. Ou presque, si l'on suit la trame du communiqué CGT qui suit cette rencontre infructueuse :

" l'emploi, les salaires, le mal-être au travail, notamment dans l'encadrement, les Facilités de Circulation, les Prestations Familles, la mutualisation des moyens, la production, la future Convention Collective Nationale, la Visite d'Aptitude Sécurité, la sous-traitance, le Fret... "

Ces négociateurs SUD/CGT voulaient parler de ...La convention collective dans laquelle ils se projettent déjà, avant même le vote de la réforme qui seule peut rendre " légale " cette CCN avec la SNCF, liant les mains des cheminots.

Le " mal-être au travail, notamment dans l'encadrement " qui vit il est vrai des jours pénibles, à faire des rondes antigrèves, à conduire des trains en lieu et place des roulants. Quelle sollicitude ! A quand, le bien-être au travail ! Ces gens-là cherchent des contreparties à la réforme : il n'y en a pas ! La réforme est l'ennemie de la feuille de paye, la réforme est l'ennemie de conditions dignes de travail. Mais, ils veulent aussi traiter ... de la sous-traitance. Pourquoi donc ? Pour une bonne sous-traitance ?





Sous un discours plus radical, le NPA et sa fraction l'Etincelle (mais aussi LO) sont engagés dans la même démarche : trouver à tout prix d'autres " revendications " et au besoin, en inventer, sous le prétexte que " le retrait, ce n'est pas suffisant ", sur l'air de " ce que nous voulons : tout ". Or, comme cela a été dit dans l'AG du dépôt de Villeneuve : " La revendication qui concentre toutes les autres, c'est le retrait de la réforme, maintenant ! ". Notons qu'au sein du NPA, cette " orientation " visant à faire miroiter une foultitude de revendications ne fait pas l'unanimité. Ainsi Pascal Morsu, membre du Comité Politique National du NPA, y réagit en écrivant :

" Concernant l'objectif de la grève, il est écrit que "Nous militons pour que les grévistes s'expriment, pour qu'émergent ces revendications de la base", étant entendu que "ces revendications, les directions syndicales évitent soigneusement de les poser en se retranchant derrière la réforme, " retrait " ou révision". En clair, le mouvement serait en difficulté pour qu'émergent les "vraies" revendications, qui

ne serait pas le retrait du projet de réforme ferroviaire.

Je pense tout au contraire que c'est cette revendication qui soude les grévistes face à la direction de la SNCF et au-delà au gouvernement, à l'UE et qu'elle doit être défendue avec acharnement. l'insistance de nos tracts SNCF sur ce sujet me semble 100% correct. Le problème n'est pas tant de "compléter" la revendication de retrait avec d'autres, que de faire en sorte que ce mot d'ordre soit défendu par tous (ce qui n'est pas le cas). "

Nous n'avons rien à retrancher à ces quelques lignes.



Nous voulons ce que veulent les cheminots : le retrait de la réforme, maintenant, pour porter un coup d'arrêt au processus d'éclatement engagé en 1997, validé à l'époque par le ministre des transports PCF Gayssot qui avait pris, on s'en souvient, ses fonctions, quatre mois après cette première réforme destructrice et dictée par l'Union Européenne.

Daniel, cheminot technicentre de villeneuve. 16 juin 2014 20 HEURES

Voir aussi dans la catégorie France
La Charte d'Amiens : un acquis à défendre

Peut-on encore se réclamer de la Charte d’Amiens ? A cette question, des camarades dans le NPA répondent en substance que cette Charte est un document réformiste, fruit d’une alliance entre...

Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?

La décomposition ne frappe pas seulement les partis institutionnels, elle gangrène depuis un certain temps le NPA et, dans une moindre mesure, Lutte ouvrière, même si ce dernier courant est doté...

Progression du FN : à qui la faute ?Progression du FN : à qui la faute ?

Avec une progression de près de 3 millions de voix entre le premier et le second tour et un score nettement meilleur que celui de 2002, le FN a fait de gros progrès, indéniablement. Si les...

Le PCF peut-il survivre ?Le PCF peut-il survivre ?

Le PCF n’est plus que l’ombre de lui-même. On a peine à imaginer qu’il y a quarante ans, il était doté de milliers de cellules d’entreprise, d’une armée de permanents, était à la...

La Grève générale en GuyaneLa Grève générale en Guyane

Depuis plusieurs semaines les habitants de Guyane se mobilisent contre des conditions de vie et de travail d’une terrible précarité. Le peuple guyanais s’inscrit dans la lutte et la grève. Ce...

La France insoumise et le travail précaireLa France insoumise et le travail précaire

Est-ce « trop revendiquer » que d’exiger, pour tous, un vrai travail- un vrai salaire et, par là même l’abolition du travail précaire ? Pour la FI (France insoumise), cette question ne se...



HAUT