L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


LO et le POI perdent la boussole

Publié le samedi 19 septembre 2009
Expulsion des sans papiers de la Bourse du travail de Paris

Rappel des faits. Le jeudi 24 juin dernier, un commando masqué, armé de manches de pioches agresse avec la plus extrême
violence les sans-papiers qui occupaient depuis 14 mois la Bourse du Travail Eugène Varlin à Paris. Ces nervis obéissaient
à la direction de l'UD CGT de Paris. Que les staliniens agressent des travailleurs est certes ignoble mais somme toute
dans leur nature. Plus étonnante est la position de certains, dont LO et le POI. Retour sur des faits et des déclarations qui
nous laissent un goût amer dans la bouche et un sentiment d'écoeurement;

Disons-le sans protocole, les réactions de LO, d'une part et du POI d'autre part, à cette expulsion violente par un commando de nervis staliniens, sont toutes deux, déshonorantes.

Celles du POI est consignée dans un article paru dans Informations ouvrières, début juillet :" Si on peut s'interroger sur les raisons qui ont amené à faire occuper des locaux syndicaux par des collectifs de travailleurs immigrés sans papiers.

Si on peut s'interroger sur le caractère de manipulation de l'occupation
Si on peut s'interroger sur les conditions dans lesquelles cette
occupation a été encouragée Si on peut s'interroger sur les
véritables motivations de ceux qui se déchaînent subitement contre
l'organisation syndicale Il n'en demeure pas moins qu'on ne peut accepter qu'un service d'ordre syndical, en relation avec tout un dispositif, se livre à des violences contre la fraction de la classe ouvrière la plus exploitée et
opprimée ".
Pour qui aurait des doutes sur le sens de ces assertions, elles sont corroborées par cet autre passage qui affirme avec suffisance : " Quant à l'occupation de la Bourse du travail par la coordination des sans-papiers, personne ne peut sérieusement penser qu'ils aient pu y arriver par eux-mêmes ". C'est ainsi que, par la méthode des insinuations
successives, le POI calomnie les sans papiers, les accusant d'être manipulés, mais, par qui et dans quel but ? Et, sur quels fondements repose cette accusation de manipulation ? Quelles preuves ? Assurément aucune. Ce faisant, le POI apporte sa contribution à la campagne
stalinienne qui s'est déchaînée contre les sans-papiers de l'annexe
Varlin, la calomnie servant d'auxiliaire et de guide à la matraque.

Reste à comprendre pourquoi les dirigeants du POI couvrent par la duplicité l'opération de police politique menée contre des sans papiers qui avaient trouvé refuge dans la Bourse du travail, maison de tous les travailleurs.

N'y a-t-il pas un lien entre ce positionnement crypto-stalinien et les accords
en revanche " traditionnels " des chefs de ce parti avec la direction de FO, qui a été complice de l'opération de basse police menée contre les travailleurs sans-papiers de l'annexe Eugène Varlin ? Poser la question, c'est y répondre !


Un tantinet moins hypocrite mais au moins aussi écoeurante, la position de
LO est révélatrice du degré de crise de ce courant atteint d'opportunisme sénile. Relisons bien ces quelques lignes : "Paradoxalement, cette occupation hostile aux syndicats a débuté en même temps que le mouvement de grève de centaines de travailleurs dans des dizaines
d'entreprises d'Ile-de-France pour réclamer leur régularisation, grèves
organisées avec des militants, principalement de la CGT
". Voilà comment LO présente les choses en opposant les résidents de l'annexe Varlin aux grévistes et aux syndicats. Comme si c'étaient des jaunes. Ce qui permet ensuite de justifier l'innommable agression présentée comme " une intervention de la CGT pour récupérer ses locaux, sans faire appel à la Police ". Seule différence entre LO et le POI dans cette affaire, LO ne
fait pas mine de s'interroger.

Il est vrai que les rapports entre LO et l'appareil stalinien sont devenus quasiment fusionnels. Ce dont témoigne, entre autres exemples, le cas de ce conseiller municipal LO de Vitry sur Seine qui a voté le budget de
la Ville et les augmentations d'impôts locaux qui vont avec.

Rappelons qu'il existe dans cette Ville une Zone franche qui est un petit paradis fiscal pour les entreprises qui y sont implantées, sous couvert de favoriser les emplois mais, comme de bien entendu, le chômage ne
baisse pas pour autant dans les quartiers. De fait, cet élu LO a donc voté pour les exonérations d'impôts en faveur des patrons et leur augmentation pour les salariés et la population. Laquelle appréciera...

Daniel Petri
19 septembre 2009

Sources :

-Informations ouvrières n° 53 (2447) du 2
au 8 juillet 2009

-Lutte Ouvrière n° 2135 du 3 juillet 2009

-Ville de Vitry sur seine- compte rendu
sommaire du Conseil municipal. Séance du
mercredi 25 mars 2009.

http://www.mairie-vitry94.fr/fileadmin/portail_
thematique/la_mairie/conseilMunicipaux/


Voir aussi dans la catégorie France
Casse Sociale GénéraliséeCasse Sociale Généralisée

La question de la CSG revient en force. Sa mise en place en 1990 avait suscité une vive contestation. La CGT et FO dénonçaient alors une tentative de « fiscalisation » de la Sécurité...

Brut de salaires !Brut de salaires !

De nombreuses grèves ont éclaté sur la question des salaires. Sans bruit médiatique, il est vrai. Ainsi même, la lutte des classes a creusé ses galeries en profondeur, pendant que les...

Pour en finir avec les lois « travail »Pour en finir avec les lois « travail »

La loi El Khomri a ouvert une brèche dans le Droit du travail. Seule son abrogation peut la colmater. Le gouvernement Macron-Philippe a décidé d’élargir cette brèche par ordonnances. Les...

Le Parti socialiste est-il vraiment mort ?Le Parti socialiste est-il vraiment mort ?

La mort du PS est annoncée depuis plusieurs semaines. Le petit caudillo Valls ne cesse de le répéter. Il vient de s’effondrer mais « tant qu’il bouge une oreille, c’est qu’il n’est pas...

Le FN a-t-il un avenir ?Le FN a-t-il un avenir ?

Le FN n’avait pas l’intention de « gagner » l’élection présidentielle. La « victoire » de Marine Le Pen n’était pas totalement impossible, compte tenu de l’acuité de la crise...

Le racisme et l’État policier en marcheLe racisme et l’État policier en marche

Les propagandistes bourgeois, que sont les médias subventionnés (quasiment tous les médias) et leurs maîtres au pouvoir, se gargarisent à parler de « renouvellement », de « dégagisme »,...



HAUT