L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Après 79 jours de grève, la direction fait traîner les négociations en longueur

Publié le vendredi 18 avril 2014
la direction fait traîner les négociations en longueur | Résumé du 79ème jour de grève des postiers du 92 (jeudi 17 avril 2014)Ce matin, un nouveau bureau parisien a été visité : Paris 13. Les facteurs de ce bureau n'avaient manifestement pas trop l'habitude des prises de parole, il n'était pas naturel pour eux de se regrouper au moment de la venue des grévistes. Cependant, en allant discuter à l'individuel avec les facteurs après la prise de parole, on a pu constater qu'ils avaient apprécié la venue des grévistes. La proposition d'une AG des postiers de Région Parisienne a été propagée ces deux dernières semaines dans une bonne partie des bureaux de poste distribution de Paris.

Pendant ce temps, un plus petit groupe de grévistes s'était rendu à Gennevilliers : le taux de grève reste majoritaire (un peu plus de 60% de taux de grève), malgré les manoeuvres du directeur d'établissement : il a d'un côté vanté les mérites du projet de réorganisation, et il a en même temps insinué que si les facteurs le refusaient, la direction en mettrait un autre en place avec plus de suppressions d'emplois... Evidemment, la direction départementale n'assume pas cette position, qui mettrait le feu aux poudres auprès des grévistes des différents bureaux. Ce n'est qu'un énième coup de bluff destiné à faire peur aux collègues.


Siège de La Banque Postale : la belle vie

Les grévistes avaient déjà visité le bâtiment dit " Le Crossing " à Issy-les-Moulineaux qui abrite les services RH de La Banque Postale. Aujourd'hui, ils se sont rendus au Siège Social de La Banque Postale à proprement parler, rue de Sèvres dans le 6èmearrondissement de Paris. Brune, Vaugirard et le Crossing sont loin d'être des taudis, mais ce n'est rien à côté du raffinement des locaux de la rue de Sèvres : salons spécialement aménagés pour le petit-déjeûner, baies vitrées, personnels d'accueil tirés à quatre épingles... Le contraste est saisissant avec les locaux d'un bureau comme Gennevilliers par exemple, avec une salle de production sans fenêtres, des néons déprimants, des toilettes avec des fuites d'eau incessantes, un monte-charge capricieux...

l'arrivée d'une horde de " gueux " banlieusards descendus de leurs vélos, en survêtement ou en jeans, avec leurs têtes de prolétaires de toutes les couleurs a dû effrayer les dirigeants de La Banque Postale : ils ont cherché à s'enfermer dans leur tour d'ivoire, et ont bouclé le bâtiment pendant une bonne partie de la matinée. Au bout d'un moment, la Direction RH de la Banque Postale a fini par adresser la parole aux grévistes et même à recevoir une délégation. Dans la discussion, les hauts dirigeants ont reconnu que les postiers du 92 avaient fait parler d'eux et qu'ils avaient fait la preuve de leur capacité de mobilisation.


La direction ne répond toujours pas au protocole des grévistes envoyé mardi soir

La direction a discuté longuement et a dit qu'elle ferait des contre-propositions. Sans préciser quand ? Pourtant les nouvelles avancées écrites des grévistes datent de mardi dernier. Lorsqu'on veut sortir du conflit, il faut s'en donner les moyens. Le minimum aurait été de faire ces contres propositions dès aujourd'hui. Au lieu de cela nous ne savons pas quand est-ce que cela pourrait intervenir : vendredi ? Mardi ? Mercredi ? Tout cela n'est pas très responsable. La directioin n'a fait aucune nouvelle avancée, elle exclut toujours Gennevilliers du protocole de fin de conflit. Elle compte sûrement sur les retenues sur salaire du 20 du mois et sur le long week-end pour encore tester la détermination des grévistes, en particulier à Gennevilliers. C'est un mauvais calcul : les grévistes sont prêts à continuer à rythmer la mobilisation sur le 92 avec un nouveau temps fort départemental de grève vendredi 25 avril, et avec la perspective d'une AG Région parisienne des postiers.



Fête des postiers du 92 samedi 19 avril à partir de 20h30 au 190 bis avenue de Clichy à Paris, métro Porte de Clichy

Voir aussi dans la catégorie France
La Charte d'Amiens : un acquis à défendre

Peut-on encore se réclamer de la Charte d’Amiens ? A cette question, des camarades dans le NPA répondent en substance que cette Charte est un document réformiste, fruit d’une alliance entre...

Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?

La décomposition ne frappe pas seulement les partis institutionnels, elle gangrène depuis un certain temps le NPA et, dans une moindre mesure, Lutte ouvrière, même si ce dernier courant est doté...

Progression du FN : à qui la faute ?Progression du FN : à qui la faute ?

Avec une progression de près de 3 millions de voix entre le premier et le second tour et un score nettement meilleur que celui de 2002, le FN a fait de gros progrès, indéniablement. Si les...

Le PCF peut-il survivre ?Le PCF peut-il survivre ?

Le PCF n’est plus que l’ombre de lui-même. On a peine à imaginer qu’il y a quarante ans, il était doté de milliers de cellules d’entreprise, d’une armée de permanents, était à la...

La Grève générale en GuyaneLa Grève générale en Guyane

Depuis plusieurs semaines les habitants de Guyane se mobilisent contre des conditions de vie et de travail d’une terrible précarité. Le peuple guyanais s’inscrit dans la lutte et la grève. Ce...

La France insoumise et le travail précaireLa France insoumise et le travail précaire

Est-ce « trop revendiquer » que d’exiger, pour tous, un vrai travail- un vrai salaire et, par là même l’abolition du travail précaire ? Pour la FI (France insoumise), cette question ne se...



HAUT