L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Elections à Alfortville

Publié le juin 2007
LégislativesAu soir du second tour des législatives, l'autosatisfaction est de mise dans les rangs de la majorité municipale d'Alfortville : brillamment réélu député de la 9e circonscription du Val-de-Marne, René Rouquet totalise 66,13 % des voix à Alfortville même, dont il est le maire. Une consécration, en apparence du moins. Il y a pourtant plus d'une ombre à ce tableau de chasse électoral, et les détails des résultats méritent qu'on leur prête attention, de même que l'itinéraire politique de certaines candidatesLes pourcentages comme toujours sont trompeurs. Rouquet fait 12 % de plus que Ségolène Royal à Alfortville mais, avec 7845 voix, il obtient 1954 voix de moins qu'elle. Franchement, où est-il le sursaut du PS quand, dans une ville de 42 000 habitants, ce parti perd en l'espace d'un mois 20 % de ses voix ?

En réalité, avec plus de 44 % d'abstention, 4 % de plus que la moyenne nationale, la municipalité n'a pas de quoi pavoiser.

Mais revenons aux enseignements du 1er tour de ces législatives dans cette circonscription qui regroupe Alfortville et deux cantons (Est et Ouest) de Vitry. Tout d'abord, le pourcentage des abstentionnistes qui était de 40,2 % en 2002 passe à 45,9 %. Le PCF, qui détient la municipalité de Vitry depuis la nuit des temps, passe de 12,4 % à 10,6 %.

Restent les candidates du PT et de la LCR qui ont, toutes deux, quelques points communs. Toutes deux sont issues du PCF et toutes deux ont, dans le passé, rejoint le CCSA.

Une candidate transfuge

Tout d'abord, Florence Allègre, 35 ans, candidate de la LCR. De 1995 à 1999, elle a été conseillère municipale PCF. Puis, le 25 mars 1999, elle déclare devant le conseil municipal : " je suis en accord avec les considérants qui amènent Françoise Carrasquedo à voter contre ce budget [...] ". Françoise Carrasquedo est alors l'élue du CCSA. Florence Allègre rejoint le CCSA. Elle n'y militera pas longtemps. En 2002, elle votera Chirac au second tour des présidentielles, puis rejoindra la LCR.


Localement, la LCR va lancer des exclusives contre le CCSA et faire bloc avec les élus PCF contre l'action que mène le CCSA avec les mal-logés en la condamnant comme une action " gauchiste ". La LCR locale va couvrir à gauche la politique du logement menée par la majorité municipale.

Une autre transfuge

Ensuite, Michèle Mikognatis, 53 ans, candidate du PT. Dans ses tracts, elle prétend avoir été militante du PCF depuis l'âge de 17 ans. Avec une interruption, au moins, en 2001. À ce moment-là, elle rejoint le CCSA : " ce comité est indépendant, il s'active essentiellement pour les personnes privées d'un toit convenable ou expulsées " écrit-elle alors dans un article où elle fustige le PC comme étant " un sous-fifre du PS qui, à son tour, est un sous-fifre de la Droite embourgeoisée ". Mais peu après, elle réintègre son parti d'origine, pour y défendre les positions les plus ouvertement staliniennes, celles du pôle pour le renaissance communiste en France (PRCF) qui s'est singularisé en niant la terrible famine qui ravagea l'Ukraine en 1932, en désignant les trotskystes comme des alliés d'Hitler ou en approuvant les procès de Moscou au cours desquels la terreur stalinienne liquida tous les compagnons de Lénine, à l'exception de Trotsky, assassiné sur ordre de Staline, trois ans plus tard. Tout dernièrement, la candidate du PT tournait dans la cité des Alouettes pour tenter de dissuader des habitants de manifester à la mairie en faveur de la réintégration dans leur logement de deux familles expulsées (4 mai 2007). Dans un tract, elle se vanta d'être intervenue auprès des autorités municipales " pour qu'une solution provisoire immédiate empêche la honte de tentes SDF à Alfortville ". Elle n'en est pas à un mensonge près. Qu'à cela ne tienne : " une solution provisoire dans un hôtel d'accueil a été trouvée " claironne-t-elle. Certainement pas par elle mais, comme toujours en pareil cas, par les services sociaux. Cette candidate stalinienne qui se place aux côtés des mal-logeurs, le PT l'a préférée à sa conseillère municipale, dont le bilan, il est vrai, n'est pas bon du tout.

Piètres résultats pour de piètres politiques

Les résultats de ces deux candidates devraient les faire réfléchir : Florence Allègre obtient à Alfortville 424 voix, alors que Besancenot en avait recueilli 781. Quant à Mikognatis, elle en totalise péniblement 107, soit 0,8 %. Il n'y a pas que le PS qui a ses félons, le CCSA, toutes proportions gardées, a les siens : Allègre et Mikognatis, chargées de couvrir " à gauche " la politique de la municipalité. Sans succès.

Voir aussi dans la catégorie France
La formation professionnelle en miettes - Première partieLa formation professionnelle en miettes - Première partie

Dossier du mois La loi El Khomri a mis en route le « Compte Personnel d’Activité » (CPA). Un « compte » qui aurait pu aussi bien s’appeler «  Compte de Précarité Assurée », sous...

Vers un Manifeste de La CommuneVers un Manifeste de La Commune

Comme l’avait déjà annoncé Marx, le capitalisme condamne des masses considérables d’êtres humains à « mourir de faim dans un monde d’abondance ». Comme l’avait annoncé Jaurès : «...

Urgence - HôpitalUrgence - Hôpital

Les hôpitaux sont la proie des prédateurs au pouvoir. S’appuyant sur des lois, des décrets, des réformes de rationnement et de rentabilisation de la santé, au nom de « la maîtrise des...

Comment Macron et Collomb traquent les réfugiésComment Macron et Collomb traquent les réfugiés

Une Europe qui refuse d’accueillir les réfugiés. En France, malgré les discours démagogiques de Macron, les réfugiés demeurent aux yeux de tous ces politiciens le fardeau qu’ils veulent...

Contre MélenchonContre Mélenchon

Contribution de Daniel Petri. Ci-dessous le sommaire et la préface. Vous pouvez retrouver l'intégralité de la contribution en PDF joint. (Voir partie II)

La violence policière « en marche »La violence policière « en marche »

L’état d’urgence, reconduit à plusieurs reprises depuis deux ans, a jeté une lumière crue sur la violence policière de l’État. Les « bavures » sont nombreuses, de plus en plus graves,...



HAUT