L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Le dernier cri de la gargouille *

Publié le dimanche 09 avril 2006
Chronique d'une fin de RégimeMoins d'un an après la cinglante défaite du oui au référendum du 29 mai 2005, la bourgeoisie et son gouvernement subissent à nouveau un véritable Waterloo. Avec 28 % d'opinions favorables selon le dernier sondage, Villepin vient de battre Raffarin, dont la cote de popularité n'était jamais tombée si bas. La victoire de la jeunesse contre le CPE vient de porter le coup de grâce à ce gouvernement. Ce n'est pas seulement Villepin qui est " carbonisé " : c'est Chirac, c'est Sarkozy, et ce sont leurs institutions avec eux.Ainsi, la " stratégie du pourrissement " prêtée à Villepin aura d'abord pourri ce gouvernement, qui doit s'effacer derrière des parlementaires pour dénouer la situation, ce qui ne s'est jamais vu dans aucun Régime et fait injure au principe même de la Ve République, qui veut la primauté de l'exécutif en toutes circonstances.

Dès le 16 mars, l'éditorialiste de Sud-Ouest s'exclamait : " Trop tard ! " et écrivait : " Si on se rappelle bien, Jacques Chirac avait changé de Premier ministre après un non retentissant des Français. Dominique de Villepin avait été chargé par le Président de dénicher quelques outils et, accessoirement, de sauver la fin d'un quinquennat calamiteux né d'un malentendu. C'est raté. La situation est pire qu'au soir du 29 mai dernier ".

" Ce n'est pas au chef d'un parti de faire la loi "

Quant à Sarkozy, il avait commencé par dire, lorsque la fronde anti-CPE prenait de l'élan, qu'il ne jouerait pas le jeu que les concurrents de Balladur au sein de la même " majorité " avaient joué en 1994 quand la jeunesse s'était dressée contre le CIP [Contrat d'insertion professionnelle qui préfigurait le CPE, retiré le 31 mars 1994, NdlR]. Il avait même revendiqué la paternité du CPE, ce que Villepin ne manque pas de lui rappeler aujourd'hui. Le voici qui manoeuvre pour suspendre au plus vite le CPE et conjurer l'explosion générale. Sarkozy, qui, depuis 2002, sommait le gouvernement de " passer à l'action ", d'aller très vite en besogne pour imposer les réformes, somme aujourd'hui Villepin d'arrêter sa fuite en avant éperdue. Le voici prudent, obséquieux et conspirateur, cherchant à imposer lui-même et son parti, l'UMP, comme l'interlocuteur incontournable des syndicats.

La peur de la jeunesse

Ils sont tous glacés d'effroi par cette irruption de la jeunesse, sa révolte contre l'exploitation, que nul ne peut canaliser ni domestiquer. De Roselyne Bachelot, la sarkozyste qui lance : " Je souhaite l'abrogation [du CPE] pour qu'on sorte de cela ", à François Hollande, qui exhorte le gouvernement d'abolir le CPE sans plus attendre.
Le spectacle des gares prises d'assaut, des autoroutes bloquées, de villes entières paralysées (Nantes, Poitiers) par les jeunes n'annonce-t-il pas ce dont ils ont la hantise, à savoir le développement d'une crise révolutionnaire ?

Les directions syndicales ont déployé tout un dispositif de journées d'action à répétition, de temps forts pour empêcher la grève générale. Elles sont les véritables auteurs de cette " stratégie du pourrissement " attribuée à Villepin pour " sortir de cela ". Mais on a vu comment cette " stratégie " se retourne contre l'ordre établi.
Quant aux propositions du PS, elles se résument ainsi : " ouvrir le champ à une vraie négociation : [...] négociation sur la bonne manière de moduler les cotisations sociales en fonction, précisément de la durée des contrats ". Extrait d'un tract de la section PS d'Alfortville du 9 avril.

Ici, on patauge toujours en pleine précarité.

Quand Marie-George singe de Gaulle

Quant à Marie-George Buffet, elle s'interroge : " Ne peut-on pas inventer un nouveau rôle pour le Sénat, qu'il devienne une chambre permettant l'expression des mouvements sociaux et associatifs ? ".Marie-George Buffet, dans HD-l'Humanité Dimanche du 6-12 avril. p. 22. Pauvre de Gaulle ! Ses descendants peuvent réclamer des droits d'auteur à Buffet, car c'est lui qui voulait un Sénat intégrant " les organisations socio-professionnelles " pour parachever les institutions de la Ve République destinée à devenir un Régime corporatiste calqué sur Pétain, Franco et Salazar, liquidant, de cette façon, les syndicats indépendants de l'État et du patronat. Fort heureusement, de Gaulle a été battu au référendum du 27 avril 1969 pour avoir voulu imposer ce " nouveau Sénat " et ces chambres corporatistes locales, régionales et nationales. La Ve République ne s'en remit jamais, et de Gaulle encore moins puisqu'il mourut peu après ...

Voir aussi dans la catégorie Chroniques d'une chute de Régime
Cruauté sociale et effondrement politiqueCruauté sociale et effondrement politique

Il s’appelait Laurent. Il avait 36 ans, il était neurochirurgien en pédiatrie au CHU de Grenoble. Il avait encore la vie devant lui et la passion de son art. Il vient de se donner la mort, ce 4...

Pour chasser le tyran au pied d’argilePour chasser le tyran au pied d’argile

Si on se place du point de vue des institutions de la Ve République et de sa logique de « pouvoir personnel » du président, Macron est le mauvais homme, au mauvais moment. Ce n’est pas une...

La société si vile est mal partieLa société si vile est mal partie

61% d’abstentions, votes blancs et nul. Voilà le verdict final des élections. Sans appel. Ceux qui feignent de ne pas voir finissent par ne plus voir. Nous ne démentirons pas Mélenchon sur ce...

Fuite en avant par ordonnancesFuite en avant par ordonnances

« Mais suis-je pas bien fat de vouloir raisonnerOù de droit absolu j’ai pouvoir d’ordonner ? — (Molière, Sganarelle)Macron, avons-nous dit, est illégitime parce que minoritaire et...

Effondrement en coursEffondrement en cours

Sous les coups de boutoir de la lutte des classes, complètement désarticulé depuis le mouvement du printemps 2016 contre la loi El Khomri, le régime réactionnaire de la Ve République est...

« Le rendez-vous manqué »*« Le rendez-vous manqué »*

Le caractère extravagant de cette campagne présidentielle concentre tous les aspects de la crise de régime, de la crise des partis, de la crise de représentation politique, qui marquent la...



HAUT