L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
       
( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Halte aux crimes sionistes ! Vive la Palestine !

Publié le samedi 29 juillet 2017

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 8 – samedi 29 juillet 2017

Des milliers de Palestiniens venus à Jérusalem, se sont vus obligés de prier dans la rue faute de pouvoir accéder au complexe d’Al-Aqsa. Les forces armées sionistes ont mis en place de nouveaux détecteurs de métaux, des barricades à l’entrée de l’esplanade et interdit aux hommes de plus de cinquante ans de se rendre à la mosquée.

Halte aux crimes sionistes ! Vive la Palestine !
Photo AHMAD GHARABLI. AFP

Les forces de répression avaient avec eux toutes les ressources militaires pour se préparer à tuer. Ce qu’elles ont fait : à la fin de la journée, les forces israéliennes et les colons armés avaient tué trois jeunes palestiniens et en avait blessé plus de 450. Elles ont été jusqu’à donner l’assaut à un hôpital palestinien pour enlever les blessés afin certainement de les soustraire aux témoignages qu’ils auraient apportés.

L’État sioniste veut chasser les arabes de Jérusalem

Israël prétend que la mise en place des portiques est nécessaire pour sa sécurité à la suite d’une attaque contre deux officiers armés par trois jeunes résistants palestiniens. Toutefois ce prétexte est totalement fallacieux. En fait, il s’agit pour l’État sioniste de limiter et à l’avenir, interdire aux Palestiniens l’accès à leurs lieux de culte mais aussi à faire de Jérusalem une ville sans Arabes.

Cette politique n’est pas nouvelle, dès 1967 l’État sioniste a détruit le quartier marocain, vieux de 800 ans, habité par des palestiniens. En 1969, un incendie criminel détruisait le minaret de Saladin, toutes traces de présence arabe devant disparaître. L’appropriation de l’esplanade des mosquées en est la traduction actuelle.

Lors de sa présence abjecte à la journée de souvenir de la rafle du Vél d’Hiv, Netanyahu a donné le ton sur les intentions des sionistes sur l’avenir de Jérusalem : « Je suis venu ici depuis Jérusalem, capitale éternelle unifiée du peuple juif et de l’État juif ».Voilà qui est clair, ce gouvernement veut assurer son contrôle total de ce qui reste de la Palestine et faire de Jérusalem la capitale politique et religieuse du grand Israël. Les détecteurs de métaux (même s’ils sont remplacés par des moyens plus sophistiqués aux dires des sionistes) doivent donc être placés dans le contexte d’annexion totale digne de toutes les politiques colonialistes.

Il n’est pas interdit de penser que la logique sioniste va dans le sens « d’un génocide lent » afin d’exterminer le peuple palestinien.

Pour ce faire, les gouvernements successifs se sont attachés à employer les moyens que tout colonisateur a à sa portée.

« Décapiter les arabes à la hache » ( le ministre Lieberman)

Depuis 1947 l’armée sioniste mène la chasse aux palestiniens. En 1948, sur 1.400.000 palestiniens habitant la Palestine, 800.000 sont expulsés vers la Cisjordanie d’où ils ne partiront jamais. En septembre 1982, l’armée sioniste secondée par les milices chrétiennes libanaises massacre entre 700 et 3000 Palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila en territoire libanais. La liste serait longue, entre les bombardements de la bande de Gaza, les meurtres perpétrés par les colons, les assassinats organisés par la police. Les enfants étant aussi des cibles, on dénombre 11 enfants tués depuis début 2017. Ces meurtres sont organisés, soutenus par le gouvernement sioniste. Avigdor Lieberman ministre de la coalition d’extrême-droite, ne vient-il pas de déclarer : « Il faudra décapiter à la hache tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à l’État juif » , sort subi par les résistants décapités par les nazis.

Quand on ne peut les tuer, on les emprisonne. L’incarcération administrative, elle aussi digne du nazisme, permet aux sionistes de jeter dans leurs geôles tout palestinien suspect à leurs yeux sans aucune forme de procès et pour une durée laissée à l’appréciation de la dite « justice ».

Colonisation par la terreur

En dernier lieu, l’État sioniste impose la colonisation des terres palestiniennes par la force et la terreur. Les colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est sont des logements construits par Israël pour l’usage des seuls juifs israéliens, ce qui permet de quadriller les territoires palestiniens occupés.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • 650.000 colons

  • 125 colonies officielles

  • Plus de 100 « avant-postes », dont :

    • Environ 300000 à Jérusalem-Est

    • 350.000 dans le reste de la Cisjordanie.

  • L’entreprise coloniale d’Israël et l’infrastructure qui y est liée, notamment les routes qui sont interdites aux Palestiniens, couvrent 42 % de la Cisjordanie.

L’établissement de colonies va continuer d’autant plus activement que les colons s’érigent en une force politique puissante en Israël, à travers des partis politiques comme le Foyer juif, qui compte plusieurs ministres.

Les sionistes à l’abri du Droit

En outre, cette entreprise visant à liquider le peuple palestinien viole l’article 49 de la quatrième Convention de Genève qui stipule : « La puissance occupante ne pourra procéder à la déportation ou au transfert d’une partie de sa population dans le territoire occupé » . Elle viole la résolution 33/14 de l’Assemblée Générale des Nations Unies interdit aux états membres « toute occupation militaire même temporaire ».

Dans le même ordre d’idée, le soutien de Sarkozy-Hollande-Macron à l’État d’Israël, défie la résolution 37/43 adoptée en 1982 qui reconnaît : « la légitimité de la lutte des peuples pour l’indépendance, l’intégrité territoriale, l’unité nationale et la libération de la domination coloniale, par tous les moyens disponibles, y compris la lutte armée » .La résolution 37/43 précise, pour sa part, dans son article 21 : « les activités expansionnistes d’Israël au Moyen-Orient et le bombardement permanent des civils palestiniens, constituent un obstacle sérieux à la réalisation de l’autodétermination et de l’indépendance du peuple palestinien » . Sur le seul critère de ces résolutions, les terroristes, ce sont les autorités sionistes et les colons dont les méthodes s’alignent de plus en plus sur celles que les nazis ont appliquées de 1933 à 1938 contre les juifs, jusqu’à ce qu’un terrible pogrom s’abattent sur eux en prélude à leur extermination.

Résistance à l’intérieur, solidarité à l’extérieur

Bien entendu, les résolutions que nous venons de citer sont virtuelles et n’ont aucune portée réelle. Ce sont en réalité des parades face à la résistance quotidienne et permanente du peuple palestinien qui est devenu une référence pour tous les peuples opprimés ou dominés par l’impérialisme. Le fort courant de solidarité internationale pour la Palestine aide le peuple palestinien à résister et tenir. Expression concrète de cette solidarité internationale de masse, les campagnes BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) deviennent la hantise de l’État sioniste. À telle enseigne que le gouvernement israélien intervient auprès des autres pays pour qu’ils interdisent ces campagnes de boycott, répriment les militants qui soutiennent la résistance du peuple palestinien et veulent arrêter le bras de ses oppresseurs.

Sans la résistance à l’intérieur et la solidarité de masse à l’extérieur, le peuple palestinien aurait été liquidé au gré des crimes, des expulsions de terre, des tortures et emprisonnements arbitraires et des déportations.

Nous militons pour le développement de la mobilisation de l’ensemble du mouvement ouvrier et démocratique de notre pays

- contre le soutien du gouvernement français à l’État d’Israël

- pour la libération de tous les palestiniens emprisonnés

- pour le soutien aux actions de boycott et la levée de toutes les poursuites contre des militants BDS

- pour le démantèlement des colonies

- pour la levée du blocus de Gaza

- pour l’arrêt de tous les bombardements

- pour l’arrêt immédiat de l’occupation de l’esplanade des mosquées, la destruction des portiques

- pour l’arrêt de toute exaction et des crimes de Tsahal.





29 juillet 2017


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
QUI SONT LES ANTISEMITES ?QUI SONT LES ANTISEMITES ?

La Lettre de La Commune, supplément au n° 88 – mercredi 20 février 2019 A propos d’une campagne médiatico-gouvernementale de HAINE La lutte contre l’antisémitisme est devenue un thème...

Macron, homme de paille en feuMacron, homme de paille en feu

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 88 – lundi 18 février 2019 Voilà trois mois, jour pour jour, que la mobilisation en gilet jaune tient tête au pouvoir, à ses médias bien...

« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »« S’en prendre à un seul d’entre nous, c’est s’en prendre à nous tous »

La Lettre de La Commune, supplément au n° 87 – vendredi 15 février 2019 Le jugement inique qui frappe Christophe Dettinger accuse la passivité désarmante des dirigeants des organisations...

LA CRISE TOTALE !LA CRISE TOTALE !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 87 – lundi 11 février 2019 Comme nous l’avions pressenti à la fin du mois de juillet, l’affaire dite Benalla a ouvert une brèche dans laquelle...

La République démocratique, c’est MEDIAPART !La République démocratique, c’est MEDIAPART !

La Lettre de La Commune, supplément au n° 86 – mercredi 6 février 2019 Avec sang –froid et esprit de suite, le cœur chaud et la tête froide, jour après jour, Mediapart défend les...

« ON SE CROIT REVENU AU REGIME DE VICHY »…« ON SE CROIT REVENU AU REGIME DE VICHY »…

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 86 – lundi 4 février 2019 L’affrontement en gilet jaune est le révélateur de « l’état de l’État de droit ». Il montre...



HAUT