L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Face au train de réformes, comment vaincre Macron ? (2)

Publié le mercredi 11 avril 2018

Questions – Débat (2)

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 40 (bis) – Mercredi 11 avril 2018

La deuxième séquence de la grève des cheminots a donc été très massivement suivie. A cette étape, Macron ne parvient pas à faire dévisser les syndicats dits « réformistes ». Les députés ont été nombreux à sécher la première séance de débat parlementaire sur la réforme ferroviaire qui a été une cour de récréation. Le « pacte », c’est-à-dire la tentative d’atteler tout ou partie des syndicats à son train de réforme, ne se fait donc pas. Même si des responsables syndicaux s’y accrochent encore, la concertation est morte. La pression de la grève pèse désormais sur la tête des responsables syndicaux fédéraux, dans une situation d’ensemble qui est explosive. En moins d’un an, Macron a fait de ce pays une poudrière. A se demander comment il tient et sur quoi ?

Face au train de réformes, comment vaincre Macron ? (2)

Nous avons longuement évoqué l’inconséquence (volontaire ?) de « l’appareil de l’appareil » de la confédération CGT. Une inconséquence qui est liée à une volonté de donner la priorité au « syndicalisme de proposition » qui est tout ce que l’on voudra sauf du syndicalisme. Au reste, la vie a montré qu’avec Macron, aucune cogestion n’est possible. Macron veut voir les syndicats totalement asservis et ne peut concevoir les choses autrement.

Macron – Comment s’en débarrasser ?

Nous avons évoqué tous ces contestataires et adeptes d’un « cartel des gauches » qui tendent aux salariés des miroirs aux alouettes de toutes sortes. Il y en a pour tous les prix. Evidemment, dans le vide créé par l’atonie des directions syndicales sous l’emprise des Mailly-Martinez, il y a place pour toutes sortes d’initiatives très politiques et assez politiciennes. Nous comprenons bien sûr les salariés et les jeunes qui pensent utile de se saisir de toute initiative permettant de donner corps à leur colère, sans forcément être dupes des arrière-pensées ou des calculs des Mélenchon-Corbière, Hamon voire Besancenot. Pour notre part, dès le lendemain des élections de l’an passé, notre préoccupation a été : Macron ? C’est lui ou nous – Comment s’en débarrasser ? 1

Il n’y a qu’un moyen : la grève générale pour en finir avec Macron, sa politique et avec tout gouvernement capitaliste.

Tout, sauf la grève générale ?

A chaque fois que nous parlerons de grève générale, des « sages » et « experts » de la chose publique répondront : la grève générale ne se décrète pas, elle se construit. Puis ils changent de sujet. Au fond leur orientation est : tout, sauf la grève générale. Voilà pourquoi ils esquivent cette perspective.

Or, il existe dans ce pays un mouvement profond qui tend vers la grève générale. La grève générale est nécessaire, oui ou non ? Si oui, il faut dire où sont les obstacles qui freinent le libre développement de ce mouvement. Nous pensons que les « miroirs aux alouettes », les « amuse-gueule », la démarche de ces leaders médiatiques qui feignent d’être les organisateurs d’un mouvement qu’ils n’ont pas vu venir font partie de ces obstacles. Ainsi, quelques jours, avant que ne s’engage la dynamique actuelle de la lutte, Besancenot était le premier à chanter sur tous les toits que : « le rapport est défavorable aux travailleurs, il est favorable aux capitalistes ». Si nous le pensions, nous nous garderions bien d’envisager le Tous ensemble, ce qui ressemblerait fort à un défi lancé aux travailleurs.

La voie du débouché

Le mouvement des salariés et des jeunes vers la grève générale existe, la tendance à la grève générale existe, l’aspiration à la grève générale existe. Mais, la grève générale n’est pas une fin en soi, elle n’est pas « la panacée universelle », c’est seulement la voie du débouché. Le débouché est : « dégager » Macron, inverser le cours des choses, renverser la vapeur, établir un gouvernement abrogeant toutes les réformes anti sociales accumulées depuis quarante ans, un gouvernement appliquant une politique ouvrière au service de la population, un gouvernement abrogeant la 5 ème république, rompant avec l’Union européenne, tous ses traités, institutions et directives, un gouvernement interdisant le travail précaire et les licenciements, les expulsions de logement, rétablissant les HLM à loyer vraiment modérés, une politique qui sauve les hôpitaux….

Quelle initiative pour le retrait de réforme ferroviaire et de toutes les lois Macron ?

Répétons-le : le débouché général pour sortir de la nasse et de la crise, tel que nous le concevons n’est pas une « profession de foi » ou un catéchisme, une déclamation qui pourrait brouiller ou flouter l’enjeu immédiat : RETRAIT DE LA REFORME FERROVIAIRE vers l’ABROGATION TOTALE DE TOUTES LES ORDONNANCES ET LOIS MACRON. C’est bien cela qui mériterait une MANIFESTATION NATIONALE UNIE, à l’initiative des confédérations, fédérations de nos organisations syndicales.

A suivre…


11 avril 2018



https://actu.orange.fr/france/universites-les-blocages-se-poursuivent...

1 http://www.lacommune.org/Parti-des-travailleurs/Lettre-d-infos/Macron-ou-Comment-s-en-debarrasser-i1666.html


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
LES ABEILLES DE PALESTINE – « Une révolution qu’ils ne peuvent mettre à genoux »LES ABEILLES DE PALESTINE – « Une révolution qu’ils ne peuvent mettre à genoux »

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 73 – mardi 13 novembre 2018 Une révolution qu'ils ne peuvent mettre à genoux ! Le titre d'un nouvel article sur « la Great return march » en...

100 ans après l’ignoble boucherie impérialiste : L’ITINERANCE PESTILENTIELLE néo-pétainiste DE MACRON-LA-GUERRE100 ans après l’ignoble boucherie impérialiste : L’ITINERANCE PESTILENTIELLE néo-pétainiste DE MACRON-LA-GUERRE

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 72 – jeudi 8 novembre 2018 Macron a un irrépressible besoin de provoquer. C’est un moyen de diversion comme un autre. Une provocation de Macron...

Qui met la CGT et FO dans de beaux draps ? A qui profitent les compromissions permanentes des dirigeants FO et CGT ?Qui met la CGT et FO dans de beaux draps ? A qui profitent les compromissions permanentes des dirigeants FO et CGT ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 71 – mercredi 31 octobre 2018 Il est des pronostics que l’on espère être démenti par les faits. Exemple, nous pensons qu’au train où vont les...

NI MACRON, NI MÉLENCHON !  A BAS LA Ve RÉPUBLIQUE DES RÉFORMES ET DES PATRONS !NI MACRON, NI MÉLENCHON ! A BAS LA Ve RÉPUBLIQUE DES RÉFORMES ET DES PATRONS !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 70 – mardi 23 octobre 2018 Nous vivons dans une situation qui dure et qui ne peut plus durer. Nous vivons dans une situation qui, pour l’instant,...

MÉLENCHON, FAUSSES COLÈRES ET VRAIS PROBLÈMESMÉLENCHON, FAUSSES COLÈRES ET VRAIS PROBLÈMES

La Lettre de La Commune, nouvelle série, supplément au n° 69 – samedi 20 octobre 2018 « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ». La crise politique qui fond sur le Régime...

IL N’Y A RIEN A REMANIER ! QU’ILS S’EN AILLENT TOUS, ET QU’IL N’EN RESTE AUCUN !IL N’Y A RIEN A REMANIER ! QU’ILS S’EN AILLENT TOUS, ET QU’IL N’EN RESTE AUCUN !

La chronique La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 69 – jeudi 18 octobre 2018 Comme si de rien n’était , le Pouvoir continue à prendre des mesures qui frappent cruellement l’immense...



HAUT