L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !

Publié le dimanche 06 mai 2018
 La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 44 – Dimanche 6 mai 2018
Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !

À nos yeux, les parodies de violence « légitime », les « fêtes à Macron » et autres 26 mai « mélenchonnés » servent d'écran à la véritable lutte qui prends corps dans tout le pays pour la défense des conquêtes sociales, les salaires et les emplois, pour en finir avec les réformes et ceux qui les font. Par la puissance de la masse, par son unité dans l'action contre Macron et sa politique et, chemin faisant, contre toute politique capitaliste.

Nous ne sommes pas de la fête à Macron car nous pensons que Macron peut et doit être renversé. C'est possible parce que c'est indispensable.

Nous ne sommes pas davantage dans le calendrier des actions prescrites par une poignée de hauts dirigeants syndicaux. Nous savons tous sur quoi repose ce calendrier : sur le refus de prendre fait et cause pour le retrait et l'abrogation des réformes Macron.

Or, qui ne dit pas RETRAIT et ABROGATION des réformes Macron se prononce dans les faits pour ces réformes.

Qui accepte le dialogue « social » de Macron s'apprête à PARTICIPER aux réformes. Comme le proclamaient les affiches de Mai 1968 ; « VOUS PARTICIPEZ, ILS PROFITENT ».

Nous le savons : sans le jeu actuel des bureaucraties syndicales, Macron serait impuissant !

Aussi bien, on ne peut combattre Macron et ses plans sans combattre l'orientation actuelle de Martinez et Pagageau (Le nouveau leader de FO qui supplie Macron de l'inviter aux concertations de mise à mort de la SNCF), cela vaut aussi pour les dirigeants Solidaires - SUD.

Que tous se le tiennent pour dit : les salariés, les jeunes et la population qui souffrent ne se sont jamais laissé faire, et, cette fois encore, ils ne céderont pas. Là est notre camp, nous n’en avons pas d'autre.




6 mai 2018


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
Unité ouvrière, pour l’abolition de toutes réformes destructrices, pour les salaires et pour l’emploi !Unité ouvrière, pour l’abolition de toutes réformes destructrices, pour les salaires et pour l’emploi !

Notre point de vue La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 47 – mercredi 23 mai 2018 Il y’aura donc le 26 mai. Pour l’égalité, la justice, la solidarité, affirment les organisateurs....

Qui veut la peau de la CGT ?  Quel est le sens  du « 26 mai » ?Qui veut la peau de la CGT ? Quel est le sens du « 26 mai » ?

« Nos statuts sont bien écrits dans ce sens, la CGT et ses organisations ne peuvent pas tolérer une instrumentalisation pour faire gagner du terrain ou privilégier une ou des forces...

Dehors Macron le versaillais !Dehors Macron le versaillais !

La Lettre de La Commune, hors-série L’association des amies et amis de la Commune de Paris a relevé cette petite phrase de Macron :« Versailles, c’est là où la République s’était...

Qui nous représente ? Personne !Qui nous représente ? Personne !

"Grande marée" et Pots au contre-feu … La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 45 – Vendredi 10 mai 2018 La fête à Macron est derrière nous. Mais, nous n’avons encore rien vu,...

Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !

 La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 44 – Dimanche 6 mai 2018

Concertations –Macron, syndicalisme de suggestions, grèves séquencées...« POURQUOI ILS FONT ÇA ? »Concertations –Macron, syndicalisme de suggestions, grèves séquencées...« POURQUOI ILS FONT ÇA ? »

La stratégie des hautes instances syndicales ne lasse de surprendre. Les cheminots sont les premiers à en faire les frais. Mais, au nom de l’unité voire de la sauvegarde des syndicats...



HAUT