L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !

Publié le dimanche 06 mai 2018
 La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 44 – Dimanche 6 mai 2018
Assez de parodies ! Place aux grévistes, place à la jeunesse, place aux travailleurs !

À nos yeux, les parodies de violence « légitime », les « fêtes à Macron » et autres 26 mai « mélenchonnés » servent d'écran à la véritable lutte qui prends corps dans tout le pays pour la défense des conquêtes sociales, les salaires et les emplois, pour en finir avec les réformes et ceux qui les font. Par la puissance de la masse, par son unité dans l'action contre Macron et sa politique et, chemin faisant, contre toute politique capitaliste.

Nous ne sommes pas de la fête à Macron car nous pensons que Macron peut et doit être renversé. C'est possible parce que c'est indispensable.

Nous ne sommes pas davantage dans le calendrier des actions prescrites par une poignée de hauts dirigeants syndicaux. Nous savons tous sur quoi repose ce calendrier : sur le refus de prendre fait et cause pour le retrait et l'abrogation des réformes Macron.

Or, qui ne dit pas RETRAIT et ABROGATION des réformes Macron se prononce dans les faits pour ces réformes.

Qui accepte le dialogue « social » de Macron s'apprête à PARTICIPER aux réformes. Comme le proclamaient les affiches de Mai 1968 ; « VOUS PARTICIPEZ, ILS PROFITENT ».

Nous le savons : sans le jeu actuel des bureaucraties syndicales, Macron serait impuissant !

Aussi bien, on ne peut combattre Macron et ses plans sans combattre l'orientation actuelle de Martinez et Pagageau (Le nouveau leader de FO qui supplie Macron de l'inviter aux concertations de mise à mort de la SNCF), cela vaut aussi pour les dirigeants Solidaires - SUD.

Que tous se le tiennent pour dit : les salariés, les jeunes et la population qui souffrent ne se sont jamais laissé faire, et, cette fois encore, ils ne céderont pas. Là est notre camp, nous n’en avons pas d'autre.




6 mai 2018


Voir aussi dans la catégorie Lettre de la Commune - Chronique Hebdo
Message public à Philippe Martinez :  ET MAINTENANT, PLUS UN PAS EN  ARRIERE ! RUPTURE AVEC MACRON !Message public à Philippe Martinez : ET MAINTENANT, PLUS UN PAS EN ARRIERE ! RUPTURE AVEC MACRON !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, supplément au n° 65 – vendredi 21 septembre 2018 Nous avons à présent un pouvoir qui envoie des convocations aux centrales syndicales. Ainsi, le 10...

LA DESCENTE AUX AFFAIRES DE MACRONLA DESCENTE AUX AFFAIRES DE MACRON

« On peut s’arrêter quand on monte, jamais quand on descend » - * La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 65 – lundi 17 septembre 2018 Un bras de fer est engagé entre le Sénat et...

POUR UN COMBAT VICTORIEUX – POUR EN FINIR AVEC MACRON !POUR UN COMBAT VICTORIEUX – POUR EN FINIR AVEC MACRON !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 64 – lundi 10 septembre 2018 La CGT et la CGT-Force ouvrière sont, comme le disait Henri Krasucki en 1982, deux branches d’un même rameau dont la...

Crises et châtiments - LA FUITE EN AVANT DU POUVOIR VERS L'ABIME  Crises et châtiments - LA FUITE EN AVANT DU POUVOIR VERS L'ABIME

La Lettre de La Commune, nouvelle série, supplément au n° 63 – samedi 8 septembre 2018 … Où le pouvoir est pris dans la toile serrée des affaires en cascades. Où, hagard, le ministre...

POUR LA PALESTINE, POUR BRISER LE MUR DU SILENCEPOUR LA PALESTINE, POUR BRISER LE MUR DU SILENCE

Tribune Libre La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 63 – lundi 3 septembre 2018 Nous publions en tribune libre un article de Myriam, militante infatigable de la cause palestinienne,...

POUR BALAYER MACRON, TOUS ENSEMBLE !POUR BALAYER MACRON, TOUS ENSEMBLE !

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 62 – jeudi 30 août 2018 Les Médias bien ordonnés, souvent mediums annoncent une rentrée « à haut risque ». De toute évidence, la rentrée est...



HAUT