L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


l'intersyndicale en question

Publié le mercredi 03 novembre 2010
ÉditorialLe 27 octobre 2010, le Parlement a adopté définitivement le projet de loi sur les retraites présenté par Sarkozy, après que le PS, le PCF et le PG se soient livrés à la mascarade des amendements. Le Premier ministre Fillon et son ministre du travail Woerth ont immédiatement déclaré : " la loi de la République doit être désormais acceptée par tous ". Avec l'adoption de cette loi, pour une retraite à taux plein, il faudra avoir travaillé 42 ans et l'âge légal de départ à la retraite passe de 60 à 62 ans.

C'est la poursuite de la loi Fillon de 2003.
Depuis le mois de janvier 2010, les média aux ordres du gouvernement n'ont eu de cesse de ressasser les mêmes arguments que ceux utilisés en 2003 : le financement des retraites est menacé par la hausse démographique et l'allongement de la durée de vie. C'est ainsi que la loi Fillon passa grâce au refus de l'unité syndicale pour le maintien des 37,5 avec la complicité active de Chérèque, Secrétaire général de la CFDT.

Sarkozy l'avait annoncé dans ses voeux, il aurait deux priorités pour l'année 2010 : les retraites et la réforme territoriale, et de déclarer : " il faudra que tout soit mis sur la table : l'âge de la retraite, la durée de cotisation... ". Et le 25 janvier dans une allocution sur TF1, il précisait : " Cette affaire des retraites, ce n'est pas une question de droite ou de gauche, d'opposition ou de majorité. J'aimerais qu'il y ait un consensus d'ici à la fin de l'année. " Responsables politiques de " gauche " et responsables syndicaux étaient d'ores et déjà avertis et leur réponse ne se fit pas attendre. A tout seigneur tout honneur, le Parti socialiste par la bouche de Martine Aubry s'exclama sur RTL : " Je pense qu'on doit aller, qu'on va aller très certainement vers 61 ou 62 ans ". Le 15 février à l'issue du sommet social Sarkozy félicitait les dirigeants syndicaux en ces termes : " Je veux... rendre hommage... à la responsabilité dont ont fait preuve les organisations syndicales tout au long de l'année " et il annonce que les " négociations " se dérouleront d'avril à juillet et même en août s'il le faut. Immédiatement, la CFDT, la CGT, la FSU, Solidaires et UNSA appellaient à une journée d'action pour le 23 mars " pour que le débat sur les retraites prenne en compte l'ensemble des questions... ". Quel débat, avec un parti du Président qui représente 11,6% des inscrits aux élections régionales ?
Le 15 juin, le projet de loi est déposé, le conseil des ministres l'adopte le 13 juillet et l'Assemblée nationale en débat à partir du 7 septembre.
Nouvelle journée d'action, le 24 juin, à la veille des congés scolaires. l'AFP qui avait attribué à Bernard Thibault l'emploi du mot retrait à propos de la réforme Sarkozy, publie un démenti à la demande de la CGT. De fait, aucun communiqué de " l'intersyndicale " n'a employé ce mot, encore moins un appel à la grève générale jusqu'au retrait.
Depuis la rentrée scolaire, c'est l'avalanche des journées d'action. Après le 7 septembre, le 15 septembre, le 23 septembre, le 2 octobre, le 12 octobre, le 16 octobre, le 19 octobre, le 28 octobre au lendemain de l'adoption définitive de la loi et maintenant le 6 novembre.
Alors que par millions et millions, salariés et jeunes soutenus par l'immense majorité de la population, ont crié leur rejet de cette " réforme ", les dirigeants des Confédérations syndicales aidés de leurs amis de " gauche " ont laissé isolés les travailleurs qui se sont lancés dans les grèves reconductibles. Ils ont laissés seuls, face à la répression, les lycéens, les étudiants et les salariés des raffineries et la " réforme " est passée. Mais la crise politique, provisoirement contenue, est toujours là et Sarkozy se garde bien de tout triomphalisme car il sait qu'un peu plus tôt, un peu plus tard, elle rebondira à un niveau plus élevé.

Elie Cofinhal,
le 3 novembre 2010

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...

Pour une année 2017 de combats victorieuxPour une année 2017 de combats victorieux

Le froid s’est abattu dans les rues. Ceux qui n’ont d’autre toit que le ciel y risquent leur vie, souffrant le martyre. Madame Emmanuelle Cossue – pardon, Cosse – ministre du logement,...



HAUT