L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

- La Commune - Pour un Parti des Travailleurs -
membre du Courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs
 ( IV ème Internationale )
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Le 29 mai, un espoir pour l'Europe ouvrière

Publié le mai 2005
un espoir pour l'Europe ouvrière | EditorialEn dépit d'un plateau trié sur le volet pour son émission du 14 avril à la télévision, des exclamations ont jailli mettant à mal Chirac : " Partout il y a des grèves, des manifestations, le vote sanction sera déterminant ", s'est exclamé un jeune homme, tandis qu'une jeune fille lançait : " On ne vit pas la même réalité. "

En effet, la réalité, d'un côté c'est le sort proposé par le patron d'une entreprise du Bas-Rhin à 9 salariés faisant l'objet d'une procédure de licenciement : aller pointer à l'ANPE ou trimer 40 heures par semaine pour 110 euros par mois en Roumanie. Cette réalité-là, qui remonte au 4 avril, est passée sur France 3 le soir même où, à l'occasion de sa rencontre avec le chancelier allemand Schröder venu lui apporter son soutien, Chirac affirmait dans l'enceinte de la Sorbonne que le projet de Constitution européenne ferait " résolument le choix d'une harmonisation sociale par le haut, c'est-à-dire le refus du dumping social et la volonté d'assurer à tous le plus haut niveau de protection sociale ". La réalité, d'un autre côté, ce sont les 9,8 millions d'euros d'indemnités reçus par le PDG de Carrefour, " viré " pour mauvais résultats, qui s'ajoutent à une " retraite-chapeau " à vie de 1,25 million d'euros par an, soit 2 514 ans de SMIC ! Un PDG qui faisait partie de la délégation française emmenée par Raffarin dans sa tournée en Chine ...

Ce 29 avril, Jacques Chirac a regardé à la télévision l'intervention de Lionel Jospin en faveur du oui à la Constitution européenne et en a " pensé le plus grand bien ", a-t-on appris par son entourage. Selon la même source, on souligne que l'Europe est un domaine dans lequel les deux hommes n'ont " jamais eu de divergences de vues ". On a eu un exemple de cette convergence en 2002, dans leur approbation le 16 mars, à Barcelone, de la décision des quinze gouvernements des pays membres de l'Union Européenne de retarder progressivement l'âge de la retraite et d'ouvrir le marché de l'Énergie à la concurrence, en clair d'engager le processus de privatisation d'EDF-GDF. Une application avant la lettre de l'article I-3-2 du Traité Constitutionnel, qui stipule que l'Union Européenne offre " un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, et un marché intérieur où la concurrence est libre et non faussée ". Une application contre laquelle des centaines de milliers de salariés ont fait grève et manifesté durant tout le premier semestre 2003. Jospin, dans sa dernière prestation télévisée, a écarté d'un mot la directive Bolkestein, " sans rapport " avec la Constitution, et affirmé sans détour la " compatibilité du oui de gauche et de droite ", confirmant ainsi sa signature au sommet de Barcelone.

Une inquiétude grandissante a saisi tous les gouvernements européens, qui se précipitent au chevet de l'homme malade de l'Europe. Pour Zapatero, Schröder, Blair, un non français serait " un désastre ", et nombre de leurs collègues s'inquiètent des conséquences pour leur référendum. C'est le cas des Pays-Bas, qui doivent se prononcer sur le traité par référendum le 1er juin, et où un sondage donne le Non à 51 %. " Je pense qu'il faut bien écouter les signaux qui remontent de la société ", a déclaré le ministre néerlandais, Bernard Bot, qui invite, comme François Hollande et le Parti Socialiste, " les gouvernements à expliquer qu'il ne s'agit pas de politique locale mais de l'Europe "...

Alors, le 29 mai prochain, nous ne voterons pas avec le MEDEF. Pour une Europe des travailleurs et des peuples, nous dirons non à Chirac-Raffarin-Sarkozy, non à la Constitution européenne.

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
L'espoirL'espoir

Depuis deux mois, le peuple catalan secoue le joug de l’oppression et cherche les voies et les moyens de donner corps à sa propre république. En France, tous les partis (jusqu’au …FN) ne...

« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...



HAUT