L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Grèves politiques

Publié le mardi 01 novembre 2005
EditorialOn a beau savoir que les média sont généralement aux ordres, on est toujours surpris à chaque fois. Il en ainsi de la manière avec laquelle journaux et télévisions commentent les " conflits sociaux ", ou ne les commentent pas du tout.

On apprend, par exemple, au détour d'une minuscule dépêche que : " le travail reprend en cette fin de semaine à la raffinerie Total du Havre (Seine- Maritime), l'une des plus importantes du pays. Les salariés du service Tmex (Transferts, mélanges et expéditions), avaient paralysé le site pendant un mois en menant une grève " digne des années 1970 " selon la direction. Un accord prévoit qu'au cours des trois prochaines années, chaque salarié bénéficiera d'une revalorisation salariale et se verra proposer une évolution de carrière " (Sud-Ouest, 29 octobre). Une grève unie et victorieuse d'un mois. Pas un mot à la télévision, dix lignes tout au plus dans de rares journaux !

Une grève dont ils sont bien obligés de parler, c'est celle des salariés de la Régie des Transports de Marseille (RTM), qui en sont, à l'heure où ces lignes sont écrites, à leur 28e jour.

Impossible de passer sous silence cette grève soutenue par l'écrasante majorité des salariés de Marseille, du public comme du privé. Les traminots marseillais refusent catégoriquement la privatisation du futur tramway et exigent que la gestion de ce dernier soit confiée tout naturellement à la RTM.

Grève déterminée, appuyée sur une intersyndicale unie (principalement CGT et FO), grève que le responsable FO de la RTM a caractérisée de " politique ", puisqu'elle défie des objectifs politiques, ceux de la privatisation des services publics pour obéir aux exigences de l'économie de marché et des critères de l'Europe capitaliste. Ce responsable syndical a bien raison de définir ainsi l'action des traminots marseillais.

A ce jour, rien n'est venu lézarder l'unité des grévistes, qui ont la sympathie et le soutien de la population ouvrière, n'en déplaise au maire UMP, Gaudin.

Ce dernier a d'ailleurs été désavoué par le préfet de région, à qui il avait demandé de procéder à la réquisition.

" La réquisition est une arme atomique qui ne peut servir plusieurs fois. Sa mise en oeuvre, qui est une limitation du droit de grève, est longue et complexe " a répondu Christian Frémont, le préfet de région, désireux d'éviter l'explosion sociale dans la région.

Alors, au 28e jour de grève, une autre arme est désormais employée : celle de la " concertation ". Le gouvernement a envoyé un médiateur en la personne de Bernard Brunhes. Cet homme a été conseiller social du Premier ministre de Mitterrand, Pierre Mauroy, de 1981 à 1983. Il a préparé avec lui le " tournant de la rigueur " de 1983 et en particulier, la disparition de la sidérurgie lorraine.

Depuis, il est président d'une société spécialisée dans le " management des ressources humaines ". Il a écrit entre autres, de très intéressantes brochures, telle : Négocier la flexibilité, pratiques en Europe. Tout un programme.

Quant aux privatisations, il leur est bien entendu farouchement favorable, au nom de la modernité, de l'Europe et de la mondialisation. (France Inter, 19 janvier 2005).

C'est donc cet homme qui a été un partisan du oui au référendum sur la Constitution européenne qu'on envoie devant les grévistes. Il faut dire qu'il a aussi été choisi car il a des amis un peu partout : gouvernements de gauche et de droite, PS, UMP, CFDT, et même certains dirigeants de la CGT.

Gageons que l'oeuvre de division que ce " médiateur " va tenter ne prendra pas et que l'unité intersyndicale dans la grève permettra de faire échec à la privatisation.

Et, quoi qu'il arrive, vive les traminots marseillais !

Voir aussi dans la catégorie Editoriaux
« Lui » ou nous !« Lui » ou nous !

Ce 12 septembre, les manifestations ont pris une tournure qui aura sans doute échappé aux organisateurs. Des centaines de milliers de manifestants unis par la volonté d’abroger la loi El Khomri...

« Groupons nous, et demain… »« Groupons nous, et demain… »

Le Régime de la Ve république est ainsi fait qu’avec une poignée de voix, une clique peut prendre le pouvoir. 15% des électeurs inscrits suffisent. Avec ce « score », une Assemblée nationale...

Re-décomposition et lutte de classesRe-décomposition et lutte de classes

L’élection de Macron relève d’un coup de force sans force. Il est la dernière créature produite par un régime en perdition dont tous les traits antidémocratiques sont devenus visibles à...

Le fond de l'airLe fond de l'air

À quelques jours du premier tour de « l’élection suprême » (Dupont-Aignan dixit), c’est l’incertitude totale. Les cercles dirigeants du capital sont eux-mêmes désorientés. Toutes leurs...

Ve République : la mort en directVe République : la mort en direct

Jusqu’ici, les élections présidentielles permettaient aux classes dirigeantes de juguler leur crise de domination et de représentation politique. Un clou chassait l’autre et en haut lieu, on...

Le fil rougeLe fil rouge

Le vieux monde tremble sur ses fondements : levée en masse de la population en Roumanie qui entend faire tomber le gouvernement, victoire du Non à la réforme constitutionnelle en Italie, Brexit et...



HAUT