L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Nos dirigeants syndicaux pensent-ils sérieusement qu’une « journée d’action » suffira à faire plier Hollande-Valls-Macron ?

Publié le mercredi 08 avril 2015

9 avril : Loi Macron, Pacte de responsabilité, salaires, licenciements, austérité, chômage, gel du point d’indice des fonctionnaires…

Ce 9 avril 2015, il y a grève et manifestations contre l’austérité, la loi Macron… Dont acte. En particulier, la loi Macron est effectivement une loi scélérate contre le Code du travail et nos acquis. Véritable catalogue de mesures anti-ouvrières, la « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », dite loi Macron, est une nouvelle illustration de la soumission de Hollande et Valls aux exigences des capitalistes et de l’Union Européenne de recherche du profit maximum en renforçant par tous les moyens l’exploitation des salariés.

La loi Macron, imposée par la force du 49-ter veut démanteler le Code du travail, généraliser le travail du dimanche, « simplifier les licenciements », en finir avec la médecine du travail, mettre à mort les tribunaux des prud’hommes.

On assiste ainsi à une offensive sans précédent contre nos droits acquis et garanties de ce gouvernement soumis entièrement aux besoins des patrons et banquiers. A cette offensive sans précédent, ne convient-il donc pas d’opposer une riposte sans précédent ? Chaque salarié, chaque syndicaliste, chacun d’entre nous sait parfaitement qu’une journée d’action ne sera pas de nature à faire reculer ces gens qui n’ont que les profits pour objectif unique. Beaucoup de salariés, nous le voyons sur nos lieux de travail ne se sont pas associés à cette journée du 9 avril en disant : « encore une énième journée d’action sans lendemain ; Pourquoi perdre alors dans ces conditions inutilement une journée de salaire ? » Qui d’entre nous n’a pas entendu cette juste réflexion frappée au coin du bon sens ? Et si, au soir du 9 avril, Hollande-Valls et patrons ne cèdent pas, que vont dire nos Confédérations le lendemain ? Rendez-vous dans trois mois ? Pourtant, les salariés de radio-France ont raison : en grève depuis 20 jours ils ont raison de ne pas reculer.

Pour le retrait de la loi Macron, pour nos revendications, pour faire céder gouvernement et patronat, n’est-il pas temps, dirigeants syndicaux, d’appeler au :

Tous ensemble, public-privé, à la grève générale dans l’unité des travailleurs et de leurs organisations ?

Y-a-t-il une autre voie pour ne pas être piétinés les uns après les autres ?

La direction de La Commune-(Pour un parti des travailleurs)


Voir aussi dans la catégorie Déclarations
Déclaration au lendemain du second tour : Le front du refusDéclaration au lendemain du second tour : Le front du refus

Sans surprise, Macron a été « élu » dans les conditions que l’on sait. Dans les conditions d’une pure escroquerie politique. Au premier tour, il « rassemblait » sur son nom 18% des...

Notre position : Le double NONNotre position : Le double NON

A cinq jours du second tour, nous tenons à réaffirmer notre position : - Pas une voix pour les deux candidats du Capital, Le Pen et Macron !

À BAS LA Ve RÉPUBLIQUE  ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITALÀ BAS LA Ve RÉPUBLIQUE ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITAL

Depuis plusieurs mois, nous avons dit que cette élection ne pouvait ouvrir aucune issue meilleure à la population travailleuse. Cette élection a été utilisée pour contenir, tant bien que mal,...

Premier tour des élections : notre positionPremier tour des élections : notre position

La Commune n’a soutenu aucun des 11 candidats à l’élection présidentielle. Dans le cadre de cette élection terriblement anti-démocratique, aucun candidat, petit ou grand, ne pouvait...

Plus jamais ça !Plus jamais ça !

Communiqué de La Commune diffusé à l'hôpital Cochin de Paris.Après le suicide d’une infirmière le 7 mars et le suicide d’un cheminot le 10 mars Le point de vue de deux travailleurs...

Où va la FI ?Où va la FI ?

(France insoumise) La FI, mouvement créé par Mélenchon, avait choisi la date du 18 mars pour organiser sa grande procession « manifestive ». Des dizaines de milliers de personnes, venues de...



HAUT