L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Déclaration de la Commune sur le 49-3

Publié le mardi 10 mai 2016
Déclaration de la Commune sur le 49-3

La loi El Khomri passe en force. Le 49-3 s’applique avant même la fin du rituel débat parlementaire.

Il s’agit donc d’un coup d’État institutionnel pour renverser le droit du travail.

Ce gouvernement tenait plus à cette loi vitale qu’à la prunelle de ses yeux. Inversement, Mailly-Martinez tenaient bien moins au droit social qu’au maintien de l’ordre établi.

La simple annonce du 49-3, avant même la tenue du conseil des ministres extraordinaire de ce mardi, aurait dû provoquer sur le champ l’appel de l’intersyndicale à la grève générale et à la montée nationale sur Paris. Au lieu de quoi, Mailly propose, contrairement à toute la tradition syndicaliste de FO, un référendum. Depuis le 9 mars la question du Tous ensemble, au même moment, à l’appel de l’intersyndicale, était à l’ordre du jour. Face au congrès de son organisation, Martinez s’y est opposé.

Le paradoxe saute aux yeux : le gouvernement le plus faible de toute la Ve République cherche à passer en force, avec la plus grande précipitation.

La loi El Khomri n’a eu, n’a et n’aura aucune légitimité.

Les 40 députés « frondeurs » parlent de déposer une motion de censure distincte de celle de la droite. Si cette ultime manœuvre devait avoir lieu, elle ne tromperait personne : la motion de la droite ne serait pas votée par eux et leur motion ne serait pas votée par la droite. Or comme l’exige à juste titre une pétition en ligne : « les députés socialistes qui considèrent que ce texte est contraire aux valeurs qu'ils défendent doivent soutenir la motion de censure déposée par la droite et qui d'office permettra de rejeter ce texte » 1 . Qui veut la fin, veut les moyens. Tout le reste, c’est de la frime !

Rappelons la procédure : tant que la loi n’est pas promulguée par le chef de l’État, elle ne passe pas.

Compte tenu du coup de force en cours, l’intersyndicale doit appeler sur le champ à la grève générale  et organiser la montée  nationale sur Paris pour faire tomber  cette loi qui détruit le code du travail.


1. Pétition sur change.org intitulée « socialistes, soutenez la motion de censure pour que la loi travail ne voie pas le jour »


Voir aussi dans la catégorie Déclarations
Abstention record au législatives 2017 : La fête est finieLa fête est finie

Cette fois, le festin électoral est fini. Les abstentions ont sonné la fin de cette « récréation », elles défient le Pouvoir et le Régime finissant. Ce sont 67% des électeurs qui se sont...

POUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENTPOUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENT

Élections législatives des 11 et 18 juin – Premier tour

Déclaration au lendemain du second tour : Le front du refusDéclaration au lendemain du second tour : Le front du refus

Sans surprise, Macron a été « élu » dans les conditions que l’on sait. Dans les conditions d’une pure escroquerie politique. Au premier tour, il « rassemblait » sur son nom 18% des...

Notre position : Le double NONNotre position : Le double NON

A cinq jours du second tour, nous tenons à réaffirmer notre position : - Pas une voix pour les deux candidats du Capital, Le Pen et Macron !

À BAS LA Ve RÉPUBLIQUE  ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITALÀ BAS LA Ve RÉPUBLIQUE ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITAL

Depuis plusieurs mois, nous avons dit que cette élection ne pouvait ouvrir aucune issue meilleure à la population travailleuse. Cette élection a été utilisée pour contenir, tant bien que mal,...

Premier tour des élections : notre positionPremier tour des élections : notre position

La Commune n’a soutenu aucun des 11 candidats à l’élection présidentielle. Dans le cadre de cette élection terriblement anti-démocratique, aucun candidat, petit ou grand, ne pouvait...



HAUT