L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


Déclaration de La Commune suite au 28 avril

Publié le vendredi 29 avril 2016

Assez d’attente et de journées saute-mouton.
Dirigeants syndicaux, appelez à la grève générale

PPlus d’un million le 31 mars, 500 000, ce 28 avril. Ces chiffres font réfléchir. Nous connaissons les réponses toutes prêtes : « le mouvement s’essouffle». Voilà pour ce qui est de l’écume des choses. Dans la vraie vie, la volonté de combattre pour imposer le trait de la loi « travail » ne s’essouffle pas. Autant le dire : les salariés et les jeunes, dans leur grande masse, en ont assez des fausses ripostes imposées par les directions syndicales : action le 9 mars, puis « attendre et voir » pendant 3 semaines jusqu’au 31 mars. Puis, attente jusqu’au 9 avril, un samedi pour « protester » dans la rue. Et, de nouveau, attendre et voir jusqu’à ce 28 avril. Pendant ce temps-là, le gouvernement a le temps de présenter sa loi capitaliste devant les députés. Dans l’intervalle, deux jours avant le 28, un appel « carré » à la grève à la SNCF sur les conditions de travail des cheminots en général …Avec la CFDT, aile marchante de la loi El Khomri à l’initiative des dirigeants de la CGT-Cheminots. (Le 26, CGT Cheminots avec CFDT et UNSA ont appelé les cheminots « à participer massivement à la grève ». Et, le 28, la CGT- Cheminots a appelé les cheminots « à s’inscrire dans les manifestations et actions ». Ainsi, la journée du 28 était reléguée à l’arrière-plan )

Et, maintenant, à quand la prochaine ? Dans deux semaines ?

Ces « stratèges » syndicaux voudraient que la loi Khomri passe qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Depuis le début de la mobilisation pour le retrait de la loi Travail, aucun appel, ne serait-ce qu’à une grève de 24 heures, n’a été lancé par Martinez et Mailly. Ils appellent les salariés à « s’inscrire » dans ces journées d’action « saute moutons » dont l’inefficacité a été soulignée par de nombreux délégués au Congrès CGT. Côté FO, nous constatons que ses cortèges dans les manifestations parisiennes sont clairsemés. Leur « général », JC Mailly s’applique à parler le moins possible. Or, lorsque l’avant-projet de loi est tombé, n’avait-il pas dit « cela mérite une grève » ? Les hauts parleurs FO ont beau jeu de scander « grève générale jusqu’au retrait de la loi Khomri-Gattaz-Berger ». Mais si CGT FO  et plus largement, l’actuelle Intersyndicale n’y appellent pas, cela revient à en faire endosser la responsabilité par la base. Nous le connaissons bien ce discours : «  décidez à la base ! ». Or, la grève générale, c’est : tous ensemble, au même moment .Et, pour ce faire, eh bien, un appel national est indispensable. Un appel clair, « carré » à la grève générale, tous ensemble, en même temps, pour le retrait de la loi Travail, jusqu’à son retrait total.

Les choses sont simples : d’un côté, un gouvernement en crise, rejeté et de l’autre une immense majorité de salariés et de jeunes qui refusent cette loi. Il est donc possible, nécessaire, réaliste et réalisable d’arracher le retrait de cette loi qui détruit le Code du travail, dans les plus brefs délais.

La conclusion s’impose d’elle-même :
Martinez, Mailly, dirigeants syndicaux, Intersyndicale

Appelez haut et clair à la grève générale dans tout le pays,
public-privé, salariés-jeunes.

29-04-2016


Voir aussi dans la catégorie Déclarations
Abstention record au législatives 2017 : La fête est finieLa fête est finie

Cette fois, le festin électoral est fini. Les abstentions ont sonné la fin de cette « récréation », elles défient le Pouvoir et le Régime finissant. Ce sont 67% des électeurs qui se sont...

POUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENTPOUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENT

Élections législatives des 11 et 18 juin – Premier tour

Déclaration au lendemain du second tour : Le front du refusDéclaration au lendemain du second tour : Le front du refus

Sans surprise, Macron a été « élu » dans les conditions que l’on sait. Dans les conditions d’une pure escroquerie politique. Au premier tour, il « rassemblait » sur son nom 18% des...

Notre position : Le double NONNotre position : Le double NON

A cinq jours du second tour, nous tenons à réaffirmer notre position : - Pas une voix pour les deux candidats du Capital, Le Pen et Macron !

À BAS LA Ve RÉPUBLIQUE  ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITALÀ BAS LA Ve RÉPUBLIQUE ANTIDEMOCRATIQUE, À BAS LES CANDIDATS DU CAPITAL

Depuis plusieurs mois, nous avons dit que cette élection ne pouvait ouvrir aucune issue meilleure à la population travailleuse. Cette élection a été utilisée pour contenir, tant bien que mal,...

Premier tour des élections : notre positionPremier tour des élections : notre position

La Commune n’a soutenu aucun des 11 candidats à l’élection présidentielle. Dans le cadre de cette élection terriblement anti-démocratique, aucun candidat, petit ou grand, ne pouvait...



HAUT