L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux mêmes

La Commune - Pour un parti des travailleurs - membre du courant international Mouvement Socialiste des Travailleurs ( IVe Internationale)
(ADIDO - 8, rue de la Forêt Noire 34 080 MONTPELLIER)


À propos de la journée du 12 septembre

Publié le mercredi 26 juillet 2017

Face aux ordonnances
Notre position

Philippe Martinez a donc convoqué une journée d’action, le 12 septembre. Mailly n’a pas encore arrêté sa position. De nombreuses organisations (dont Lutte ouvrière, le « front social », etc) appellent à son succès. Comme s’il suffisait de clamer « tous dans la rue – tous en grève le 12 ». Regardons-y de plus près.

Journée du 12 septembre : Face aux ordonnances du gouvernement Macron
  • D’un côté, l’écrasante majorité des ouvriers et employés, la majorité des salariés de toutes qualifications, la majorité des jeunes veulent en finir avec la « réforme du marché du travail » qui concentre toutes les attaques contre les salaires, les emplois, les conditions de travail et de vie.

  • De l’autre, les directions confédérales « jouent le jeu » de la « concertation » et de la « discussion » gouvernementale autour de ses projets d’ordonnances. Un jeu de dupes !

Ce simple constat permet de dire que le succès du 12 septembre est loin d’être garanti : les salariés ne sont pas des moutons, ils veulent savoir pourquoi ils sont appelés à l’action.

Philippe Martinez répond à présent qu’il faut agir : « contre la casse du Code du travail ». Le tout étant de savoir comment on combat cette casse sociale généralisée que la ministre Pénicaud appelle « rénovation de notre modèle social ».

Nous devons donc commencer par rappeler que cette casse n’est pas un fait nouveau : elle est inscrite dans le marbre de la loi El Khomri.

À l’évidence, il est impossible de combattre les ordonnances sans combattre pour l’abrogation de la loi El Khomri et le retrait du projet de loi sur les ordonnances : ces deux textes sont de la même veine, ils obéissent à la même trame de fond.

On ne peut combattre la casse du Code du travail sans combattre pour le retrait du projet en cours de vote au parlement et pour l’abrogation de la loi El Khomri. Ce sont les préalables nécessaires pour un franc succès de la journée du 12 septembre, pour que cette journée ne soit pas un baroud d’honneur… sans honneur et sans véritable lendemain, venant « animer » le jeu de dupe de la « concertation ».

Oui, l’unité est nécessaire. L’unité et non sa caricature, où quelques dirigeants de diverses organisations se « retrouvent » sur le « plus petit dénominateur commun », dans le dos des syndicalistes, des salariés et des jeunes.

Ce qui nous unit toutes et tous, c’est le refus de la loi El Khomri et des ordonnances, la nécessité vitale d’arracher leur retrait. Le reste, c’est du vent…



Comité national de la Commune,
26 juillet 2017


Voir aussi dans la catégorie Déclarations
APL, Pas touche !APL, Pas touche !

Macron a donc décidé de prélever 5 euros à tous les allocataires de l’APL. Il ne cache pas que cette mesure est la première pierre d’une réforme de cette allocation que touchent les...

Journée du 12 septembre : Face aux ordonnances du gouvernement MacronÀ propos de la journée du 12 septembre

Face aux ordonnancesNotre position Philippe Martinez a donc convoqué une journée d’action, le 12 septembre. Mailly n’a pas encore arrêté sa position. De nombreuses organisations (dont Lutte...

Après le viol de la commémoration de la rafle du Vél d’HivAprès le viol de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv

Contre le sionisme et ses soutiens

Abstention record au législatives 2017 : La fête est finieLa fête est finie

Cette fois, le festin électoral est fini. Les abstentions ont sonné la fin de cette « récréation », elles défient le Pouvoir et le Régime finissant. Ce sont 67% des électeurs qui se sont...

POUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENTPOUR LE FRONT DU REFUS - POUR UN PARTI QUI NOUS REPRÉSENTE VRAIMENT

Élections législatives des 11 et 18 juin – Premier tour

Déclaration au lendemain du second tour : Le front du refusDéclaration au lendemain du second tour : Le front du refus

Sans surprise, Macron a été « élu » dans les conditions que l’on sait. Dans les conditions d’une pure escroquerie politique. Au premier tour, il « rassemblait » sur son nom 18% des...



HAUT